Planète

Des biens publics et des services collectifs pour tous

Dossier - Comment le commerce équitable change la donne
DossierClassé sous :développement durable , commerce équitable , cacao

Max Havelaar

Le commerce équitable labellisé participe au développement économique local par la création de nouvelles activités et d’emplois agricoles. Au fur et à mesure de leur croissance, toutes les organisations de producteurs étudiées ont besoin de plus en plus de main-d’œuvre.

  
DossiersComment le commerce équitable change la donne
 

Le commerce équitable labellisé bénéficie à la communauté grâce à des projets sociaux.

Le commerce équitable labellisé intervient dans des zones où les services publics et les infrastructures sont faibles, voire inexistants. C'est pourquoi les organisations de producteurs décident souvent de mettre en place des projets communautaires. Ces projets bénéficient non seulement aux producteurs, mais aussi, dans certains cas, aux autres personnes des communautés environnantes, parfois les plus défavorisées. La prime de développement est souvent associée au développement de projets communautaires. Des fonds propres aux organisations de producteurs peuvent aussi y contribuer.

Parfois, au contraire, l'essentiel des investissements servent à améliorer les outils de production. Des équipements plus modernes contribuent à diminuer la pénibilité du travail, même si la majorité des producteurs continuent de cultiver à la main.

Enfin, certaines des études relèvent que le salaire des travailleurs saisonniers employés dans les parcelles est en augmentation. Ce n'est cependant pas le cas partout.

  • Banelino donne la priorité à l'éducation
La région de Monte Cristi figure parmi les plus pauvres de République Dominicaine. Au bout de kilomètres de chemins poussiéreux, on rejoint un petit village, ou plutôt une communauté vivant sur ce qui reste des logements ouvriers d'une compagnie bananière ayant déserté les lieux il y a près de cinquante ans. On y vit sans eau courante ni électricité. La notion de service public est inexistante. En grande partie au chômage, les adultes errent, désœuvrés. 
Banelino finance des crèches © Max Havelaar

C'est dans cette zone que Banelino a choisi de concentrer la plus grande partie de ses investissements sociaux. Ceux-ci profitent aux producteurs, aux travailleurs qui les aident, mais aussi à tous les habitants. « Le commerce équitable ne bénéficie pas seulement au petit producteur mais à toute la communauté, car le producteur fait partie intégrante de la communauté », estime Marike de Peña, directrice exécutive de Banelino.

  • Huit écoles

Le seul médecin qui passe dans la zone porte sur sa chemise le sigle de Banelino. Il donne des consultations publiques dans une salle de classe. La crèche et l'école du voisinage sont également financées en grande partie par la coopérative : rénovation des locaux, frais de scolarité, fournitures, salaires du personnel... Au total, Banelino finance huit écoles.

© Max Havelaar

Pour réaliser cette étude, le choix s'est porté sur six organisations qui avaient une ancienneté suffisante pour analyser l'impact sur la structure. C'est pourquoi le choix s'est porté sur des coopératives situées en Amérique du Sud. Dans ces conditions, elles ont été retenues en raison de leur représentativité. Les prochaines éditions de ce rapport se pencheront sur d'autres modèles comme les grandes plantations ou sur d'autres régions du monde comme l'Afrique ou l'Asie.