Planète

Audio : Une coopérative pour court-circuiter les intermédiaires

Dossier - Commerce équitable : le café de Bolivie
DossierClassé sous :développement durable , max haavelar , commerce équitable

-

Max Havelaar vous propose de partir à la rencontre de quelques-uns des 8000 producteurs de café qui bénéficient du commerce équitable dans les Yungas, en Bolivie. Les yungas sont un ensemble de régions d'Amérique du Sud située sur le rebord oriental de la Cordillère des Andes entre l'Equateur et l' Argentine, situées entre 600 et 2500 mètres d'altitude, bien arrosées souvent baignées de brouillard et couvertes à l'origine par une forêt humide très dense et d'une biodiversité souvent surprenante.

  
DossiersCommerce équitable : le café de Bolivie
 

Pour les producteurs, l'isolement est souvent l'un des plus grands obstacles au développement. Se regrouper leur permet d'exporter plus directement et de retirer davantage de bénéfices du produit de leur travail.

Grains de café. © CIAT, Wikimedia commons, CC by-sa 2.0

Auparavant, les producteurs boliviens ne buvaient pas de café. Ils ne savaient guère où les grains dorés qu'ils cultivaient pouvaient bien aller une fois vendus aux intermédiaires de passage. Ces figures locales étaient alors leur seul contact avec le marché d'exportation.

Coyotes

Ils n'aimaient d'ailleurs guère ces personnages qu'ils appelaient rescatiris, ou « coyotes ». « Ils fixaient leur propre prix et trichaient sur les quantités, se souvient Elias Mamani Flores, producteur à la coopérative Antofagasta. Ils avaient décrété qu'un quintal faisait 120 livres. » Un quintal, c'est en fait cent livres, soit 45,36 kg, ce qui correspond à peu près au poids d'un sac. Selon les périodes et le bon vouloir des intermédiaires, ce sac était payé en-dessous de trente euros, parfois bien moins. Peu importe la qualité : pour ces acheteurs peu regardants, un grain en valait un autre, pourvu qu'il se trouve des exportateurs pour acheter, à un aussi bas prix, un café amer et sans saveur. « Nous n'avions pas de moyens de locomotion pour aller vendre un peu plus cher à d'autres », explique Elias.

Interview à écouter

Expédition en commun des sacs de café de la coopérative Mejillones, dans les Yungas, en Bolivie. Chaque sac porte les initiales du sociétaire qui l'a produit. Tous sont pesés avant d'être chargés dans le camion qui attend au dehors. Unis au sein de coopératives démocratiques et transparentes, les producteurs de café font valoir leurs positions, gagnent en autonomie et construisent des équipements qui bénéficient à tous © Max Haavelar - Photo Bruno Fert - Tous droits réservés

Se regrouper

Pour les producteurs, l'isolement est donc l'un des plus grands obstacles au développement. C'est pourquoi Elias s'est regroupé avec ses voisins pour fonder la coopérative Antofagasta. Aujourd'hui, ils exportent directement. Ils ont aussi investi pour aller plus loin dans la transformation du café : installations de séchage, de pelage... Ainsi, le produit qui sort des installations de la coopérative vaut bien plus cher que ce qu'ils pouvaient vendre seuls : jusqu'à 110 euros le quintal.