Planète

L' Impact du commerce équitable sur les familles, leurs organisations et leur territoire

Dossier - Commerce équitable : le café de Bolivie
DossierClassé sous :développement durable , max haavelar , commerce équitable

-

Max Havelaar vous propose de partir à la rencontre de quelques-uns des 8000 producteurs de café qui bénéficient du commerce équitable dans les Yungas, en Bolivie. Les yungas sont un ensemble de régions d'Amérique du Sud située sur le rebord oriental de la Cordillère des Andes entre l'Equateur et l' Argentine, situées entre 600 et 2500 mètres d'altitude, bien arrosées souvent baignées de brouillard et couvertes à l'origine par une forêt humide très dense et d'une biodiversité souvent surprenante.

  
DossiersCommerce équitable : le café de Bolivie
 

Les informations présentées ci-dessous relatives aux effets du commerce équitable ont été extraites d'études effectuées en 2002 puis en 2005 par Agronomes et Vétérinaires sans frontières, et d'une synthèse plus conséquente et disponible sur les sites internet d'AVSF et de MHF.

Plantation de caféiers. © Tiagozr, Fotolia

Les conclusions sur l'impact du commerce équitable concernent donc une zone donnée à un moment donné, dans un contexte particulier, et ne peuvent donc en aucun cas être généralisées. D'autres études avec la même méthodologie sont en cours dans d'autres régions et permettront de mieux apprécier l'impact du commerce équitable dans sa globalité ou du moins sur des contextes différents.

La méthodologie utilisée consiste à répondre à un certain nombre questions clefs sur 5 aires de changement déterminantes en termes de développement : l'impact sur les familles, sur les organisations de producteurs, sur le développement local et national, sur les ressources naturelles et en terme de différenciation sociale.

Ecole dans la zone d'une coopérative certifiée Max Havelaar près de Caranavi, dans les Yungas. Grâce au commerce équitable, les producteurs de café ont vu leur revenu passer de 400 euros en moyenne à 2200 euros. Le plus souvent, l'un des premiers investissements qu'ils font avec ce surplus est le financement des études pour leurs enfants. © Max Haavelar - Photo Bruno - Fert Tous droits réservés.

Les changements observés ne sont pas toujours liés uniquement aux standards du commerce équitable mais peuvent résulter par exemple d' effets combinés du commerce équitable, de la certification biologique et de l'appui des ONG aux organisations de producteurs de café.

1 - Eléments de contexte

La Bolivie est un petit producteur de café (1/1000 ème de la production mondiale) avec environ 20000 familles caféières dont environ 25% sont rattachées à des coopératives.

Les premières ventes des coopératives à la filière équitable remontent à une dizaine d'années ; elles représentent aujourd'hui plus de 60% des volumes de production.

2 - Impact sur les familles : vivre dignement de sa terre

Chiffres clefs d'une famille caféière type des Yungas :

 Le prix équitable permet le maintien en milieu rural des familles paysannes avec un niveau de vie décent .

Avec les prix bas du marché conventionnel de l'époque, les paysans n'atteignent même pas le seuil de survie alors que le producteur qui vend 30% de son café dans la filière équitable atteint le seuil de vie durable.

 Rosa Mamani pose devant la nouvelle maison de son père en compagnie de ce dernier accompagné de son fils, et de sa mère qui contrôle le séchage du café. Autrefois, Rosa travaillait à La Paz, la capitale bolivienne, où elle était victime de discriminations. Voyant que, grâce au commerce équitable, le café était payé un prix juste et stable, elle a choisi d’acheter de la terre près de celle de son père, dans la région des Yungas. © Max Haavelar - Photo Bruno Fert - Tous droits réservés

Il est toutefois essentiel de rappeler que les effets du commerce équitable sur l'économie familiale ne sont fortement perceptibles qu'en période de bas prix et de crise internationale sur la filière café comme c'était le cas au début des années 2000. L'effet économique majeur du commerce équitable, consiste donc à permettre aux paysans d'avoir un revenu stable, de les libérer du risque de variation de prix qui les oblige périodiquement à chercher du travail hors de leur zone de production, à vendre leurs biens ou leur petit cheptel. Le commerce équitable permet aux familles des Yungas de raisonner dans une logique de moyen et long terme, et ainsi par exemple de maintenir les systèmes de production caféiers ou d'investir dans l'éducation des enfants à l'université de La Paz.

3 - Impact sur les organisations de producteurs : devenir des acteurs économiques et politiques plus forts .

Le commerce équitable contribue à la structuration des organisations de producteurs (OP) des Yungas :

- 75% des coopératives ont redéfini leurs statuts et règlements internes pour plus de transparence et démocratie, en lien avec les standards du commerce équitable
- elles peuvent mieux valoriser leur café sur les marchés conventionnels grâce à leur connaissance du marché (suivi du cours de la bourse, etc.) et à la qualité, bien supérieure, de leur café (valorisation sur les marchés de qualité) en lien avec les exigences du commerce équitable (cf. tableau ci-dessous).

- Ces organisations sont reconnues localement et peuvent négocier avec les municipalités et l'Etat

Les OP du commerce équitable ont par exemple réussi, grâce à l'appui d'un député du MAS, à faire approuver une loi par le congrès national qui déclare prioritaire l'établissement de politiques caféières en faveur des petits producteurs, destinées à améliorer qualitativement et quantitativement la production, la transformation, la commercialisation et l'exportation de café. La force de proposition des OP et l'économie florissante du secteur café ont joué un rôle dans l'attention du congrès portée à ce secteur.

4 - Impact sur le territoire et développement local : un effet d'entraînement par le haut.

Un « effet régulateur » du commerce équitable sur les prix pratiqués par les intermédiaires locaux.

 Le prix du marché pratiqué par les intermédiaires locaux suit la tendance du prix payé aux organisations paysannes exportant en commerce équitable et ne répond pas aux tendances de la variation de prix de la bourse de New York.

Les OP représentent une forte concurrence sur le marché local pour les intermédiaires qui ne peuvent bénéficier des prix du commerce équitable. On peut donc imputer la hausse du prix payé aux producteurs par les commerçants locaux aux effets régulateurs des ventes réalisées par les OP du commerce équitable.

Dans les Yungas, le commerce équitable ne se limite pas aux effets sur les 4000 familles des organisations paysannes de café, mais se traduit par une revalorisation du prix payé à l'ensemble des 20000 producteurs de café de la région qui retentit évidemment sur le dynamisme économique de la région, avec un effet entraînant sur le commerce, les transports et les services en général. On note d'ailleurs que le revenu moyen des travailleurs saisonniers employés pour la récolte et la sélection des grains de café à l'export a plus que doublé sur la période 2000 à 2004 !

5 - Impact sur les ressources naturelles : une agriculture traditionnellement respectueuse de l'environnement

Les zones caféières des Yungas présentent peu de contraintes en ce qui concerne la gestion des ressources naturelles car les producteurs ont toujours eu des pratiques en conformité avec les principes de l'agriculture biologique  : agriculture paysanne traditionnellement non consommatrice d'intrants, production de café sous ombrage en association avec d'autres plantes, etc.

6 - Impact sur la différenciation sociale

- Le commerce équitable n'a pas généré d'îlot de prospérité.

- La croissance de la demande équitable a produit un effet d'entraînement entre les coopératives, et leur a permis d'avoir progressivement accès à la certification FLO et aux marchés équitables grâce à la croissance des ventes.

- Une participation des femmes encore insuffisante.

- La certification FLO-Max Havelaar n'a pas permis pour l'instant d'amélioration sensible de l'implication des femmes dans les espaces de prise de décision des coopératives. Il s'agit là d'un élément culturel fort dont l'évolution peut s'envisager sur le long terme.