Planète

L'éco-responsabilité du site des Marais du Vigueirat

Dossier - Camargue : les marais du Vigueirat
DossierClassé sous :développement durable , promesse , WWF

-

Le site d'une richesse exceptionnelle, de par sa situation géographique particulière à la rencontre de deux écosystèmes remarquables, Camargue et Crau.

  
DossiersCamargue : les marais du Vigueirat
 

Les Amis des Marais du Vigueirat sont reconnus pour leur démarche sociale et pédagogique et pour leur gestion de cette zone naturelle sensible.

Pour mettre en cohérence sa vocation (préserver les écosystèmes) et ses activités (notamment accueil du public), l'association souhaite rendre éco-responsables son fonctionnement et l'ensemble de ses infrastructures sur le site des Marais du Vigueirat.

Vue du marais © WWW.Fr - Tous droits de reproduction interdit

1 - Être éco-responsable, pour quoi faire ?

Il existe un lien réciproque entre la biodiversité et les modes de vie. La nature est nécessaire pour que l'espèce humaine survive à long terme. Nous devons repenser nos modes de vie pour la préserver, sans pour autant renoncer au confort.

2 - Être éco-responsable, c'est quoi ?

Être éco-responsable, c'est s'engager à ce que nos actions aient un minimum d'impacts sur l'environnement. Nous pouvons et devons devenir éco-responsables à travers nos achats (choix des produits), nos comportements (utilisation de l'eau, de l'énergie, des transports, ...) et nos projets (construction, etc.)

L'éco-responsabilité est donc un premier pas vers le développement durable, par un meilleur respect de l'environnement et de l'homme.

3 - Devenir éco-responsable, mais comment ?

Devenir éco-responsable implique de se former et de s'informer sur les conséquences de nos actions sur l'environnement, puis mettre en place un plan d'action afin de réduire nos impacts.

L'association des Amis des Marais du Vigueirat s'est fixée des cibles détaillant la démarche choisie pour parvenir à l'éco-responsabilité, notamment :

-- Énergie : la démarche négaWatt

La production d'énergie d'origine renouvelable n'a de sens que si elle est associée à une maîtrise des consommations d'énergie. L' Association des Amis des Marais du Vigueirat souhaite donc appliquer sur le site la démarche négaWatt, basée sur :

1- une maîtrise des besoins en énergie
- par une réflexion sur la réalité des besoins (sobriété énergétique, lutte contre les gaspillages)
- par une réflexion sur la satisfaction de ces besoins (efficacité énergétique)

© WWW.Fr - Tous droits de reproduction interdit

2- une production énergétique utilisant des énergies renouvelables
La maîtrise des besoins en énergie devra suivre des choix d'équipements pertinents (bureautique...) et des aménagements adaptés (double vitrages, isolation...). La production d'énergie d'origine renouvelable se fera notamment au moyen de l'énergie solaire (photovoltaïque et thermique) et, probablement, éolienne.
-- Transports : se déplacer mieux

Un des objectifs au niveau des transports est d'améliorer les déplacements sur et vers le site, en définissant des périmètres piétonniers, cyclables et de stationnement. Un suivi de la pollution issue des véhicules du site sera mis en place (notamment au niveau des gaz à effet de serre), et conduira à un remplacement des véhicules du site par des véhicules moins polluants. Différentes solutions sont envisagées : véhicules électriques, véhicules hybrides (essence/électricité), ...

-- Eau : attention aux usages et aux rejets

Dans ce domaine particulièrement sensible sur la zone humide que constituent les Marais du Vigueirat, l'objectif est de :

1- maîtriser la consommation d'eau sur le site, et en priorité d'eau potable
2- valoriser les eaux de pluie
3- gérer de façon adaptée les eaux usées
Pour atteindre ces objectifs, il est notamment prévu d'utiliser des dispositifs de réduction de la consommation d'eau (chasses d'eau double flux, ...), d'utiliser les eaux de pluie pour l'arrosage, et de construire sur le site une station d'épuration biologique par lagunage.

-- Déchets : moins en produire et mieux les trier

La gestion des déchets d'activité du site visera à :

1- réduire la quantité globale de déchets produits sur le site ;
2- mieux valoriser les déchets.
L'objectif est d'agir sur les achats, pour réduire la production de déchets, et d'améliorer le tri de ces déchets en créant, notamment, une plateforme de compostage sur le site.

-- Les matériaux et produits : moins nocifs

Dans une approche globale, le choix des matériaux utilisés sur le site devra répondre à des critères écologiques. Les principaux critères seront la préservation des ressources naturelles et la réduction des pollutions sur l'ensemble du cycle de vie (fabrication, mise en œuvre, rebut). Les matériaux choisis pour les aménagements seront autant que possible locaux (Camargue, Crau, Alpilles).

4 - Une méthode : l'éco-audit

Pour encadrer et valider la démarche d'éco-responsablilité mise en place sur le site, les partenaires ont choisi d'adopter la méthodologie EMAS (Eco-Management Audit Scheme) ou « éco-audit », et s'engagent à obtenir l'accréditation EMAS dans le cadre du projet PROMESSE.
EMAS est un processus de normalisation défini par l'Europe en 2001, qui s'appuie sur les normes ISO 14000, mais va plus loin notamment en exigeant une totale transparence de l'entreprise impliquée. Cette démarche a été conçue pour des entreprises. À travers PROMESSE, il s'agira de l'adapter au contexte particulier d'un espace naturel sensible ouvert au public, pour le transférer à d'autres sites similaires.

Cette méthodologie implique :

- la réalisation d'un bilan des contraintes réglementaires qui s'appliquent sur le site concernant l'environnement (loi sur l'eau, directives européennes associées à Natura 2000, ...)
- la réalisation d'un bilan des connaissances environnementales du site (quelle est la qualité de l'air et de l'eau sur le site ? quelles sont les espèces animales et végétales présentes ? Etc.)
- l'identification des impacts des activités du site sur l'environnement (production de déchets, rejets d'eaux usées, émissions de polluants, ...)
- la mise en place d'un système de suivi de ces impacts (quantités de déchets produits, etc.)

L'accréditation EMAS, qui doit être revalidée tous les trois ans, conduit à une amélioration continue des impacts des activités du site sur l'environnement