Planète

Eléments de réponses

Dossier - Biodiversité : conservation, utilisation durable et équitable
DossierClassé sous :développement durable , biodiversité , espèce

-

La diversité biologique - ou biodiversité – désigne la variabilité des organismes vivants de toute origine (des plantes aux animaux, et microorganismes). La biodiversité se définit donc relativement à la variété des espèces : en 2000, environ 1,8 millions d'espèces étaient connues - en majorité, des espèces de petites dimensions, comme les insectes - , mais les scientifiques évaluent le nombre d'espèces existant à environ 13 millions (certaines estimations variant entre 3 à 100 millions d'espèces).

  
DossiersBiodiversité : conservation, utilisation durable et équitable
 
  • Développement des aires protégées
Les zones protégées permettent une conservation in situ de la diversité biologique : selon le Centre Mondial de surveillance de la conservation de la nature (CMSC), le réseau mondial d'aires protégées a régulièrement progressé en nombre et en superficie durant la dernière partie du XXème siècle, notamment entre 1995 et 2000. Il couvre en 2000, 8,83 % de la superficie totale de terres, répartie sur 30 350 zones, dont les deux vastes zones marines du parc national du Groenland et du récif de la Grande Barrière. Les zones protégées privées contribuent pour une grande part à la conservation in situ de la biodiversité. Le programme de recherche et formation sur L'Homme et la Biosphère - MAB (Unesco) a permis la création et la gestion d'un réseau de réserves de la biosphère représentatif sur le plan biogéographique, dans lequel des mécanismes de zonages et de gestion sont mis en œuvre pour permettre de concilier la conservation des écosystèmes et de la biodiversité avec l'exploitation durable des ressources au service du développement des communautés locales. (Avis de l'IUCN).
A l'échelle européenne, le réseau écologique européen Natura 2000 (site de la Commission Européenne) a pour objectif de contribuer à préserver la diversité biologique sur le territoire de l'Union européenne.
  • Conservation des écosystèmes de récif coralliens
'Les récifs coralliens sont l'un des écosystèmes les plus variés de la terre sur le plan biologique, et aussi l'un des plus anciens. Bien qu'occupant moins de 0,25% de l'environnement marin, ils abritent plus du quart des espèces de poissons marins connus y sont abrités' rappelle la Commission du Développement Durable des Nations Unies. Or , 40 pays au moins de disposent d'aucune zone protégée pour les protéger. Plus de la moitié des récifs de la planète risque d'être perdus en 2030, du fait de la surexploitation, les pratiques intensives de pêche, le développement côtier, les sédimentations et pollutions d'origine marine, mais aussi terrestre (rapport 'Status of Coral Reefs of the World : 2000'). L' Initiative internationale en faveur des récifs coralliens (ICRI) témoigne d'une plus forte prise de conscience politique du problème depuis 1995.
  • Observation, surveillance et diffusion de l'information en relation avec la biodiversité mondiale
L'observation et la surveillance de la biodiversité mondiale ont fortement progressé : son suivi statique, basé sur des inventaires, est régulier. Par contre, son évolution et la vitesse de cette évolution, sont plus parlantes pour apprécier la durabilité à long terme.

Un programme de surveillance de la biodiversité, coordonné entre institutions impliquées et articulé avec les systèmes d'information régionaux, nationaux et locaux, permettrait de fournir l'information nécessaire à la prise de décision, et de mieux identifier les localisations pertinentes pour créer des couloirs 'verts' entre zones protégées.