Planète

Renforcement du dispositif d'observation en 2006

Dossier - Qu'est ce que la mousson africaine ?
DossierClassé sous :climatologie , mousson , Afrique

IRD

-

La mousson n'est pas seulement asiatique ! Elle existe aussi en Afrique, et plus particulièrement en Afrique de l'ouest, dans les pays du Sahel et ceux qui bordent le golfe de Guinée.

  
DossiersQu'est ce que la mousson africaine ?
 

La période d'observations renforcées (2005-2007) est axée sur la variabilité des composantes clefs du système climatique régional, d'une année sur l'autre. L'année 2006, elle, sera celle du renforcement du dispositif d'observation sur certaines zones, en vue de mieux cerner la dynamique de la mousson et la formation des précipitations.


La pluie constitue en effet un objet d'étude privilégié. Elle est importante pour les populations et représente l'aboutissement d'une combinaison de processus à différentes échelles de temps et d'espace.

Dans l'atmosphère, on procèdera au renforcement de la cadence des radio-sondages, qui passera systématique à deux lâchers par jour sur les 16 stations, puis 4 durant les campagnes avions et parfois 8 pour des cas particuliers. Quatre avions de recherche (Falcon 20 et ATR42 français, Falcon allemand et Bae146 britannique) seront par ailleurs déployés pour réaliser des mesures de dynamique atmosphérique (vents, humidité...) pendant et après le passage des lignes de grains. Ils surveilleront aussi la chimie atmosphérique, en déterminant les teneurs en aérosols minéraux et en cendres issues des nombreux feux de brousse et de forêt. Le recours aux avions est nécessaire pour couvrir de grandes surfaces en peu de temps et réaliser des échantillonnages tridimensionnels fins.

L'Atalante mesurera la température, la salinité des eauxet les courants marins dans le golf de Guinée. © Ifremer

Sur l'océan, les campagnes EGEE de la période 2005-2007 seront intensifiées grâce à l'utilisation du navire français Atalante. Il est doté d'une station de radio-sondage embarquée et d'un mât instrumenté en capteurs micro-météorologiques, permettant de réaliser des mesures de flux atmosphérique. Le Ron Brown américain participera également aux campagnes océanographiques. Une collaboration avec le programme allemand IFMGEOMAR (campagne du navire RV/METEOR en juin 2006 dans le golfe de Guinée) est également prévue.

Sur le continent, le renforcement des observations concernera surtout les sites du Niger et du Bénin : trois radars doppler seront installés sur le bassin de l'Ouémé et à Niamey. Ils feront des mesures complémentaires de celles réalisées par les avions, notamment pour caractériser la structure tridimensionnelle des systèmes orageux et la répartition associée des précipitations. Un profileur VHF, sur le bassin de l'Ouémé, sondera la structure de l'atmosphère à cadence élevée. La station mobile ARM (Atmospheric radiation measurement), à Niamey, mesurera le rayonnement (de l'infrarouge à l'ultra-violet), les propriétés des nuages, les paramètres météorologiques de surface, ainsi que les aérosols et les espèces carbonés.

Cette année d'observations intenses se composera de quatre phases distinctes, correspondant aux quatre phases du cycle de la mousson. La première phase est la saison sèche (décembre-mars), qui sera étudiée sur une période d'un mois (15 janvier-15 février). La deuxième phase, d'avril à juin, est celle où le flux de mousson se met en place et où les premiers systèmes convectifs porteurs de pluie apparaissent. Les scientifiques s'intéresseront plus particulièrement au basculement des conditions dynamiques qui conduisent à l'établissement durable de la saison des pluies, c'est-à-dire au mois de juin. La troisième phase, de juillet à septembre, correspond à la saison des pluies établie sur toute la région ; elle sera étudiée en deux sous-périodes d'une vingtaine de jours chacune - l'une en juillet et l'autre en août. Enfin, la quatrième phase, de septembre à novembre, est celle du retrait de la mousson. La température de surface de l'océan permet alors aux perturbations atmosphériques génératrices de pluie sur le continent de se transformer en cyclones sur l'océan, cyclones qui peuvent traverser l'Atlantique et atteindre le continent américain.