Planète

Conifères à aiguilles insérées sur toute la largeur des rameaux : le genévrier commun

Dossier - Les conifères, des végétaux datant de l'ère carbonifère
DossierClassé sous :botanique , conifère , Carbonifère

Présents depuis le Carbonifère, les conifères jouent aujourd’hui un rôle économique de premier plan dans la production de papier et le bois d’œuvre. Ce sont aussi des arbres et des arbustes ornementaux très appréciés. Des cèdres aux sapins en passant par les épicéas ou les séquoias, ces végétaux n’auront plus de secrets pour vous.

  
DossiersLes conifères, des végétaux datant de l'ère carbonifère
 

Les aiguilles des conifères à aiguilles insérées sur toute la largeur des rameaux, persistantes, sont verticillées par trois, coriaces, aiguës, courtes (elles ne mesurent que 5 à 15 millimètres), étroites (2 millimètres), brillantes dessus et blanches dessous. Dans cette catégorie figure notamment le genévrier commun (Juniperus communis), de la famille des cupressacées, qui présente des aiguilles étroitement triangulaires.

Juniperus communis. © Shchipkova Elena, Shutterstock

Le genévrier commun jouit d'un port plutôt érigé. Les sujets mâles ont en général un port moins dense, des rameaux plus souples et plus échevelés. L'écorce de ce conifère se desquame en longues bandelettes. Son feuillage, de couleur vert-bleu, est persistant et épineux. Ses feuilles, qui sont en fait des épines, présentent une bande longitudinale vert clair sur leur face interne. Elles répandent une agréable odeur balsamique. Il s'agit d'une espèce dioïque, avec des fleurs femelles très petites, de couleur verdâtre, s'épanouissant en mars-avril à l'aisselle des feuilles et des fleurs mâles jaunâtres. Le bois de cet arbre, blanc jaunâtre, est compact et durable.

Les baies du genévrier commun, avec leurs tanins, sont appréciées en gastronomie, car elles permettent notamment une meilleure digestion des gibiers. © Ole Husby, CC by-nc-sa 2.0

Les baies du genévrier et la gastronomie

Ses fruits sont des baies sphériques de 4 à 8 millimètres de diamètre, bleu-noir à maturité et qui restent sur l'arbre, en mettant deux années à mûrir. Une légende prétend que celui qui croquera chaque jour une baie de genévrier sera épargné par la maladie ! Ses baies sont utilisées en cuisine pour leur consistance agréable.