Planète

Des conifères dans votre jardin

Dossier - Les conifères, des végétaux datant de l'ère carbonifère
DossierClassé sous :botanique , conifère , Carbonifère

Présents depuis le Carbonifère, les conifères jouent aujourd’hui un rôle économique de premier plan dans la production de papier et le bois d’œuvre. Ce sont aussi des arbres et des arbustes ornementaux très appréciés. Des cèdres aux sapins en passant par les épicéas ou les séquoias, ces végétaux n’auront plus de secrets pour vous.

  
DossiersLes conifères, des végétaux datant de l'ère carbonifère
 

Cultiver des conifères dans un jardin peut s'envisager sans problème, mais à condition de ne pas choisir des espèces risquant de devenir trop volumineuses au bout d'un certain nombre d'années. Votre pépiniériste saura utilement vous conseiller à ce sujet.

Thuya, cyprès, diverses espèces de sapins. © Artush, Shutterstock

Attention, les silhouettes des conifères sont variées et, par exemple, un cyprès à port pyramidal et un cèdre à port très étalé ne devront pas être plantés dans un même endroit.

Travaux de plantation

Le type de sol et l'exposition des conifères sont spécifiques à chaque genre, mais en général, ils préfèrent toutefois un sol un peu acide. Il vaudra mieux mettre vos arbres en terre en septembre-octobre ou en mars-avril. Les conifères se plantent en général en motte, celle-ci devant être conservée intacte à la plantation et bien humidifiée. Pour cela, vous tremperez la motte dans l'eau jusqu'à ce qu'elle ne fasse plus de bulles. Mieux vaudra prévoir un trou assez grand pour que la motte entre en terre sans devoir forcer. Vous reboucherez et arroserez copieusement. Pour les protéger du vent, les gros sujets devront être haubanés et les petits tuteurés avec un tuteur placé en biais par rapport à la motte.

Ensemble de conifères. Quand l’on souhaite mélanger les genres, il est important de prendre en compte de nombreux facteurs, de la forme à la nature du sol. © Alexandre Prévot, CC by-nc-sa 2.0

Taille

Ces arbres ne se taillent pas, à l'exception de ceux qui sont destinés à constituer des haies. Il s'agit là d'un bon point en matière de gain de temps !

Bouturage

Vous pouvez multiplier vos conifères en utilisant cette technique. Prélevez des boutures sur les extrémités des rameaux disposés le long des branches importantes. Raccourcissez-les à une dizaine de centimètres en taillant la partie inférieure en léger biseau sous un nœud (naissance d'une feuille).

Supprimez toutes les feuilles inférieures sur les deux tiers de la longueur de vos boutures. Préparez votre terrain en le bêchant. Le mieux sera d'offrir à vos boutures un mélange comprenant 40 % de terreau de feuilles, 30 % de sable fin et 30 % de compost. Afin d'accélérer l'apparition de racines, trempez vos boutures, juste avant leur mise en terre, dans une solution d'hormones de croissance. Placez vos boutures ainsi préparées dans la terre, à 10 centimètres en tous sens. Arrosez alors abondamment votre culture. Vous pourrez ensuite activer l'enracinement de vos boutures en les abritant de l'air extérieur au moyen d'une cloche vitrée ou en plastique. Après la reprise de vos boutures, mieux vaudra les laisser en place, pendant quelques semaines, en les arrosant régulièrement.

Il faudra ensuite les placer dans de petits godets en veillant à les sortir de terre avec une bonne motte radiculaire. Ce n'est que l'année suivante, à partir de novembre, qu'il vous sera possible d'effectuer la plantation de vos jeunes sujets à leur emplacement définitif.

Ennemis à combattre

Dans de mauvaises conditions, les conifères réagissent toujours en prenant une teinte rousse et en perdant leurs aiguilles. Ils sont alors en état de moindre résistance vis-à-vis de leurs parasites. Certains d'entre eux sont étroitement inféodés à des essences déterminées comme le chermès de l'épicéa, le grand scolyte du pin, le chancre du mélèze, le dépérissement du cyprès, la septoriose de l'épicéa, etc. D'autres ont un plus grand éventail de plantes hôtes, comme le pourridié qui occasionne le dessèchement des rameaux chez le cyprès, le genévrier, le thuya, etc. Les araignées rouges sont à redouter au début de l'été par temps chaud et sec sur pratiquement tous les conifères, mais surtout sur les sapins bleus et les conifères nains de rocaille.

Contre ces insectes, une pulvérisation d'un insecticide bio à base de Bacillus thuringiensis peut être efficace si elle est employée au moment adéquat, en fonction des conditions climatiques. Il existe également divers produits phytosanitaires utilisables sur les conifères, à appliquer avec précaution et en respectant à la lettre leurs préconisations d'emploi.