Planète

Physiologie de la feuille

Dossier - Anatomie végétale au microscope
DossierClassé sous :botanique , histologie , cytologie

-

Dans ce dossier, qui nous emmène au cœur des plantes, découvrez les différents tissus qui constituent les plantes et leurs rôles spécifiques. Partez à la découverte de l'anatomie végétale et de ses secrets.

  
DossiersAnatomie végétale au microscope
 

La feuille a pour fonctions principales la photosynthèse et la respiration. La respiration a lieu tout le temps, la photosynthèse n'a lieu qu'en présence de lumière. La feuille a donc des échanges gazeux. Toutes les stratégies adaptatives des feuilles visent à l'optimisation : perte d'eau minimum, mise en lumière. C'est dans le parenchyme palissadique que la photosynthèse s'effectue le plus.

Physiologie d'une feuille. © TanteTati, Pixabay, DP
Les stomates permettent les échanges gazeux au sein de la feuille. © DR

Les stomates

Ce sont des ouvertures dans l'épiderme qui permettent de contrôler les pertes d'eau par évaporation mais aussi de contrôler les échanges gazeux entre O2 et CO2 pour la photosynthèse. Ils sont situés sur l'épiderme des feuilles.

Ils sont constitués par une paire de cellule en forme de haricot, les cellules stomatiques ou cellules de garde, qui délimitent un pore, ou ostiole, au travers de l'épiderme. La paroi de ces cellules qui borde l'ostiole est plus épaisse que celle des autres faces. De plus les deux cellules sont liées à leurs extrémités. Quand leur turgescence augmente, le diamètre de l'ostiole sera plus grand : la paroi plus rigide se plie vers l'intérieur et entraîne l'ouverture de l'ostiole. À l'intérieur de la feuille, sous le stomate, est aménagée une place sans cellule, la chambre sous-stomatique, qui communique avec les espaces intercellulaires (méats, lacunes) des parenchymes.

Les nervures

Les nervures sont les prolongements du pétiole dans le limbe. On distingue la nervure principale et les nervures secondaires. C'est au niveau des nervures que se situent les tissus conducteurs (xylème et phloème) de sève.

Gros plan d'une nervure centrale de vigne. © DR

On peut distinguer trois grands types de nervation :

  • nervation pennée ex. le lilas ;
  • nervation palmée ex. la vigne ;
  • nervation parallèle ex. graminées (Poaceae), dont les feuilles sont également dépourvues de pétiole.

Quand la feuille tombe

Une fois que la feuille est tombée, une cicatrisation progressive apparaît alors que le bourgeon suivant est déjà formé.

Quand la feuille tombe. © DR

Exemples particuliers de feuilles

Le millepertuis dont les feuilles sont pourvues de petits « trous » transparents à l'œil nu.

Feuilles percées de millepertuis. © DR

Le citronnier dont les feuilles comportent de petites cavités bien sphériques se trouvant dans l'épiderme et contenant l'huile.

Le nymphea dont les stomates se trouvent sur la feuille (évidemment !) et dont la partie inférieure comporte de vastes « chambres » pleines d'air pour assurer la flottaison.