Planète

Vison d'Amérique

DéfinitionClassé sous :zoologie , Mustélidé , carnivore
Photo d'un vison d'Amérique. © felixd, GNU FDL Version 1.2

Vison d'Amérique (Schreber 1777) - Neovison vison

  • Ordre : Carnivora
  • Sous-ordre : Caniformia
  • Famille : Mustelidae
  • Sous-famille : Mustelinae
  • Genre : Neovison
  • Taille : 0,45 à 0,0 m (longueur de la queue env. 0,30 m)
  • Poids : 1 à 2 kg
  • Longévité : 6 à 8 ans

Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure

Description du vison d'Amérique

Le vison possède un corps allongé au dos courbé et aux pattes courtes équipées de griffes non rétractiles. Les postérieures étant palmées. La queue est relativement longue par rapport à la taille de l'animal. Son pelage est dans les tons de brun plus ou moins foncé selon qu'il s'agisse des poils de jarre ou de la bourre. La fourrure des visons d'élevage peuvent présenter des coloris très variés, allant du perle à l'améthyste. La plupart des individus ont une tache blanchâtre sur le menton et le cou.

Vison d'Amérique. © U.S. National Park Service, domaine public

Habitat du vison d'Amérique

Le vison d'Amérique est surtout présent en Alaska, au Canada, et dans la partie nord des États-Unis. Inféodé au milieu aquatique, on le trouve essentiellement le long des cours d'eau, des étangs, des lacs, des marais et des zones humides, et il est autant fréquent dans les milieux ouverts que forestiers jusqu'à 600 ou 700 mètres d'altitude.

Comportement du vison d'Amérique

Surtout crépusculaire et nocturne, le vison d'Amérique consacre une grande partie de la journée au toilettage et au repos. Au même titre que ses cousins, il entretient sa toison et la lubrifie pour l'imperméabiliser. Malgré son adaptation à l'eau, le mustélidé n'est pas un excellent nageur. Sa technique de nage ressemble un peu à celle d'un chien. Il a la vue médiocre et chasse à l'aide de ses vibrisses qui lui servent de détecteur. C'est un animal solitaire et territorial qui marque son espace vital à l'aide de ses excréments qu'il dépose en évidence, et des sécrétions de ses glandes anales. Son domaine vital s'étend en moyenne sur 3 kilomètres de rive dont il ne s'éloigne guère. Son gîte est généralement situé dans un creux d'arbres, sous des roches ou entre des racines, sous un tas de bois ou dans un terrier creusé par une de ses victimes car le vison d'Amérique ne creuse pas ses propres terriers. Le vison d'Amérique possède une gamme de vocalisations allant du jappement au cri plaintif.

Vison d'Amérique. © Wojciech Uszak, GNU FDL Version 1.2

Reproduction du vison d'Amérique

La période d'accouplement a lieu à la fin de l'hiver et la femelle peut subir les assiduités de plusieurs mâles. Les œufs fécondés ne subissent pas d'implantation différée, mais les conditions climatiques influent fortement sur la reproduction. La gestation dure de 48 à 52 jours, et les petits naissent au printemps (généralement entre avril et juin). La femelle n'a qu'une portée par an et elle peut mettre au monde de deux à sept visonneaux. Les jeunes naissent aveugles et sourds. Ils commencent à ouvrir les yeux vers 3 semaines. Vers 5 à 6 semaines ils commencent à sortir du gîte pour explorer leur environnement. Leur apprentissage de l'eau commence vers 8 semaines. Les jeunes quittent leur mère vers 6 mois et sont sexuellement matures vers 10 mois. Mais ils ne commencent à se reproduire qu'au bout d'un an et demi en moyenne.

Bébés visons d'Amérique. © felixd, GNU FDL Version 1.2

Régime alimentaire du vison d'Amérique

Carnivore, le vison d'Amérique est un prédateur opportuniste. Il mange aussi bien du poisson que des crustacés, des amphibiens, des petits rongeurs, des oiseaux et des insectes. Il se nourrit essentiellement d'animaux fréquentant les biotopes humides qu'il fréquente. 

Menace sur le vison d'Amérique 

Le vison d'Amérique ne figure pas sur la liste des espèces menacées. En France il a même été classé comme espèce invasive et nuisible car il met en péril la survie du vison européen. Dans son milieu d'origine il est surtout victime de collisions avec des véhicules, de la pollution des cours d'eau, d'empoisonnements (ingestion de rongeurs contaminés), des piégeages et de la prédation : renards, lynx, rapaces...

Cela vous intéressera aussi