Planète

Rorqual boréal

DéfinitionClassé sous :zoologie , cétacé , mammifère
Photo aérienne d'un rorqual boréal. © NOAA, domaine public

Rorqual boréal (Lesson 1828) - Balaenoptera borealis

  • Ordre Cetacea
  • Sous-ordreMysticeti
  • Famille Balaenopteridae
  • Genre Balaenoptera
  • Taille : 12 à 15 mètres
  • Poids : 20 à 30 tonnes
  • Longévité : 65 à 70 ans

Statut de conservation UICN : EN en danger

Description du rorqual boréal

Le rorqual boréal est le troisième plus grand cétacé de la famille des Balaenopteridae, derrière la baleine bleue et le rorqual commun. Son corps présente une couleur gris acier ponctué de marques irrégulières blanchâtres sur la partie ventrale. La tête est pointue et la gueule munie de fanons très étirés vers l'arrière jusqu'au niveau d'une série de 32 à 60 replis, qui permettent à l'animal une plus grande dilatation de sa gorge lors de l'ingestion du plancton. L'animal possède une crête courant de la gueule jusqu'aux évents qui sont doubles. Les nageoires pectorales à l'extrémité pointue sont petites. La nageoire dorsale placée au 2/3 du corps à partir de la tête, se présente en forme de faux et peut atteinte une soixantaine de centimètres de haut, tandis que la nageoire caudale située à l'extrémité d'une queue épaisse, est relativement petite au regard de la taille du cétacé.

Habitat du rorqual boréal

Le rorqual boréal fréquente toutes les mers et tous les océans du globe à l'exception des régions polaires comme on pourrait le croire à la lecture de son nom vernaculaire, et des zones tropicales. Le cétacé semble éviter les mers semi-fermées telles que le golfe du Mexique, l'estuaire du Saint-Laurent, la baie d'Hudson, la mer du Nord et la Méditerranée. Le rorqual migre chaque année entre les eaux subpolaires froides où il réside en été, et les eaux subtropicales tempérées où il retourne pour hiverner. Le nombre trop restreint de marquage ne permet pas de se faire une idée très précise de ses déplacements, ni des zones qui ont ses préférences, d'autant qu'il est fréquemment confondu avec ses cousins le rorqual commun et le rorqual de Bryde.

Comportement du rorqual boréal

Le rorqual boréal est l'un des cétacés les plus rapides, qui peut atteindre 5 km/h sur de courtes distances, mais en contrepartie c'est un plongeur médiocre qui ne descend guère en dessous de 300 mètres. Généralement il se déplace seul ou parfois en petits groupes d'une demi-douzaine d'individus. Leur comportement social est totalement méconnu. Le rorqual boréal possède une vocalisation qui lui est spécifique et qui le distingue de ses cousins. Les sons de basse fréquence sont longs et graves. Leur puissance acoustique peut atteindre jusqu'à 160 décibels. Comme il a déjà été dit précédemment, le cétacé est un migrateur capable de parcourir de longues distances entre les quartiers d'été et ceux d'hiver. Lorsque le rorqual plonge, il se distingue par le fait qu'il n'arque que très rarement le dos et ne lève pas la queue. On pourrait comparer son mode d'immersion à celui d'un sous-marin qui s'enfonce en douceur dans l'eau.

Reproduction du rorqual boréal

Les accouplements ont lieu en hiver dans les eaux subtropicales tempérées. La période de gestation varie entre dix et douze mois. À la naissance le petit pèse déjà près de 700 kg et mesure 4,5 mètres. Il est sevré entre 6 et 9 mois et sa taille a atteint les 10 ou 11 mètres. Les femelles mettent bas tous les deux ou trois ans et ne donnent naissance qu'à un seul petit à la fois. La maturité sexuelle pour les deux sexes est atteinte entre 8 et 10 ans.

Régime alimentaire du rorqual boréal

Le rorqual boréal est un cétacé filtreur qui se nourrit dans les eaux de surface. Lorsqu'il nage à travers les bancs de plancton, gueule ouverte, on dit qu'il « écrème ». Il mange journellement près de 900 kg de krill et de copépodes, petits céphalopodes et de poissons de moins de 30 centimètres. C'est le seul mysticète capable d'employer deux méthodes d'alimentation : soit en engouffrant de grosses « bouchées »  d'eau contenant des proies, soit par écrémage, c'est-à-dire en filtrant l'eau en permanence pour en extraire la nourriture au fur et à mesure.

Fanons de rorquals. © Silk666, CCA-SA 3.0 Unported license

Menaces sur le rorqual boréal

Les scientifiques ont estimé que les populations actuelles de rorqual boréal fluctuent aux alentour de 54.000 individus, soit environ un cinquième de la population mondiale historique. Les données sont insuffisantes pour l'océan Atlantique (les populations sont évaluées entre 1.400 et 2.300 pour l'Atlantique Nord-Ouest - données Cosepac) mais il est en voie de disparition dans le Pacifique. La chasse à outrance pratiquée par les baleiniers a décimé l'espèce, dont près de 200.000 individus ont été tués au XXe siècle. À l'instar d'autres cétacés, le rorqual boréal est menacé par les exploitations pétrolières « off-shore », ses capacités d'orientation sont perturbées par les sonars militaires, et par les risques de collision accrus avec les supertankers et cargos de plus en plus nombreux à sillonner les océans. Les filets de pêche des chalutiers géants représentent un autre danger pour ces mammifères qui ont besoin de remonter à la surface pour respirer.  

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi