Cela vous intéressera aussi

Phoque barbu (Erxleben 1777) - Erignathus barbatus

  • Ordre : Carnivora
  • Sous-ordre : Caniformia
  • Famille : Phocidae
  • Genre : Erignathus
  • Taille : 1,80 à 2,70 m
  • Poids : 200 à 430 kg
  • Longévité : 20 à 25 ans

Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure

Description du phoque barbu

Le phoque barbu possède un corps rond et massif au pelage gris-brun, foncé sur la partie dorsale. La tête rougeâtre posée sur un cou massif et court, est petite et le museau est orné d'une moustache fournie qui se recourbe lorsqu'elle est sèche. Les oreilles, petites, sont placées en arrière des yeuxyeux. Il est délicat de différencier le mâle de la femelle car les deux ont approximativement le même poids et la même corpulence. Les palettes natatoires munies de griffes et la queue semblent atrophiées par rapport au tronc.

Phoque barbu. © Ansgar Walk, CCA-SA 3.0 Unported license

Phoque barbu. © Ansgar Walk, CCA-SA 3.0 Unported license

Habitat du phoque barbu

Il existe deux sous-espècessous-espèces de phoques barbus : Erignathus barbatus barbatus que l'on trouve dans l'Atlantique Nord et dans l'ArctiqueArctique canadien jusqu'au Groenland, au Svalbard et dans la mer de Laptev en Russie, et Erignathus barbatus nauticus qui occupe le détroit de Béring depuis les côtes orientales sibériennes et la péninsule du Kamtchatka, jusque dans l'Arctique canadien central. Le phoque barbu vit uniquement dans les eaux glacées du cercle polairecercle polaire arctique.

Phoque barbu sur une plaque de glace. © Jerzy Strzelecki, GNU FDL Version 1.2

Phoque barbu sur une plaque de glace. © Jerzy Strzelecki, GNU FDL Version 1.2

Comportement du phoque barbu

Le phoque barbu est un animal solitaire qui préfère les packs de glace flottante à la banquise. C'est un animal d'un naturel curieux qui se laisse assez facilement approcher par l'Homme. Il semblerait qu'il émette des cliquetis comme les dauphins lors de ses plongées profondes à la recherche de nourriture et pour communiquer avec ses congénères. Il possède une gamme étendue de vocalisations composées de cris longs et sonores, se terminant par des gémissements. En hiverhiver il vit sous la glace où il parvient à se repérer, et entretient des trous pour venir y respirer. Ses principaux prédateurs sont l'orqueorque et l'ours polaireours polaire.

Phoque hésitant à se mettre à l'eau. © Ansgar walk, CCA-SA 3.0 Unported license

Phoque hésitant à se mettre à l'eau. © Ansgar walk, CCA-SA 3.0 Unported license

Reproduction du phoque barbu

La période de reproduction s'étale de fin mars à la mi-mai selon les lieux de vie. La femelle donne naissance sur une plaque de glace flottante à un petit unique, au bout d'une gestationgestation d'environ onze mois. Le petit qui sait nager dès sa naissance, est allaité pendant trois semaines avant de se nourrir par ses propres moyens. À la mise-bas, le jeune pèse en moyenne 25 kgkg et mesure un mètre de long. La femelle atteint sa maturité sexuelle vers cinq ans, tandis que le mâle n'est en capacité de se reproduire qu'après six ou sept ans.

Régime alimentaire du phoque barbu

Le phoque barbu se nourrit essentiellement d'espèces benthiquesbenthiques telles que les calmarscalmars ou autres céphalopodescéphalopodes, et les poissonspoissons comme la morue. Mais il évolue également à faible profondeur où il trouve mollusquesmollusques bivalves et crustacéscrustacés, surtout les crabes qu'il détecte dans le sablesable grâce à ses vibrissesvibrisses ultrasensibles. 

Phoque barbu. © US Fish and Wildlife Service, domaine public
 
Phoque barbu. © US Fish and Wildlife Service, domaine public

Menaces sur le phoque barbu

La chasse commerciale étant interdite, les effectifs sont relativement stables sauf dans quelques secteurs où les populations sont fragmentées et isolées. Les prélèvements de subsistance par les peuples indigènesindigènes ne menacent aucunement les populations actuelles. 

Inuits raclant une peau de phoque barbu. © Ansgar Walk, CCA-SA 3.0 Unported license

Inuits raclant une peau de phoque barbu. © Ansgar Walk, CCA-SA 3.0 Unported license

Les dangers les plus immédiats sont les activités humaines et les projets d'extraction pétrolière dans la zone arctique, de même que le dérèglement climatique qui risque de faire disparaître ses reposoirs naturels que sont les glaces flottantes, et la disparition progressive de ses proies.