Le ouistiti pygmée est également appelé marmouset par les Anglais. © Patrick Straub

Planète

Ouistiti pygmée

DéfinitionClassé sous :zoologie , singe , primate

Ouistiti pygmée (Spix 1823) - Cebuella pygmaea

  • Ordre : Primates
  • Sous-ordre : Haplorrhini
  • Infra-ordre : Simiiformes
  • Micro-ordre : Platyrrhini
  • Famille : Callithrichidae
  • Sous-famille : Callithrichinae
  • Genre : Cebuella
  • Taille : 12 à 15 cm (longueur de la queue 17 à 23 cm)
  • Poids : 85 à 150 g
  • Longévité : Inconnue en milieu naturel (jusqu'à 18 ans en captivité)

Statut de conservation UICN : LC Préoccupation mineure

Description du ouistiti pygmée

Le ouistiti pygmée est le second plus petit primate du monde après le microcèbe pygmée. Sa petite taille lui vaut d'avoir davantage de prédateurs que les autres singes, et pour compenser le processus de nanisation qui l'a mené à cet état de petitesse, il a acquit un certain nombre d'adaptations lui permettant de se défendre. Sa robe présente une coloration cryptique dont la partie supérieure est brunâtre ou olivâtre, mêlée de fauve, de gris et de noir. Le dessous est plus clair chez la sous-espèce du sud. La longue queue est annelée de noir. La tête ronde est ornée de poils plus longs formant une sorte de crinière. Elle peut pivoter sur 180°. La face est brune mais le pourtour des yeux, l'arête nasale et la commissure des lèvres sont de teinte chamois. Les pattes sont courtes et munies de longs doigts fins.  

Ouistiti pygmée. © Patrick Straub

Habitat du ouistiti pygmée

Il existe deux sous-espèces de ouistiti pygmée. La sous-espèce du nord, Cebuella pygmaea pygmaea, se trouve dans un triangle formé par le rio Japura-Caqueta au nord, le rio Amazonas-Solimões au sud et le rio Pastaza à l'ouest dans l'extrême nord-ouest de la forêt amazonienne, depuis les contreforts de la cordillère des Andes jusque dans le bassin central. La sous-espèce du sud, Cebuella pygmaea niveiventris, évolue au sud du rio Amazonas-Solimões, jusqu'au rio Huallaga à l'ouest, au rio Madeira à l'est et au sud jusqu'au rio Madre de Dios dans l'état d'Acre au Brésil et dans le bassin du rio Manu au Pérou. Le singe fréquente tous les types de forêts, mais reste généralement en lisière et à proximité de cours d'eau.

Comportement du ouistiti pygmée

Diurne et arboricole, le ouistiti occupe un territoire adapté à sa petite taille qui s'étend de 3 à 6.000 m2. Les deux ou trois arbres qui lui procurent ses exsudats sont situés au centre de son domaine vital. Le singe évolue dans la zone de la canopée inférieure à 20 m jusqu'au sol. La distance de déplacements journalière est difficile à évaluer tant les activités verticales faussent les estimations. Le singe vit en groupes monoparentaux ou multimâle-unifemelle composés des parents et des jeunes jusqu'à plusieurs génération. Cela représente entre dix et quinze individus. Les phases d'alimentation qui ont lieu tôt le matin, en fin de matinée et en fin d'après midi, sont entrecoupées de moments de repos, de jeux et de séances de toilettage. Le singe possède une gamme de quinze vocalisations différentes dont la plupart nous sont quasiment inaudibles car elles atteignent des fréquences subsoniques. Il pratique également la communication visuelle à l'aide de postures et de mimiques et marque son territoire à l'aide de substances contenues dans ses glandes suprapubiales et sternales. 

Posture caractéristique du ouistiti pygmée. © Patrick Straub

Du fait qu'il soit particulièrement sensible aux prédateurs, dont les oiseaux de proie qui sont parmi les représentants les plus dangereux, il a adopté des méthodes particulières pour passer inaperçu. Il est pratiquement indétectable lorsqu'il ne bouge pas, et avance parfois avec la lenteur calculée des caméléons. Son poids plume lui permet de s'aventurer sur des tiges très fines sans les faire ployer afin de ne pas donner l'alerte. Comme l'écureuil chez nous il grimpe à une vitesse époustouflante autour du tronc des arbres de façon à ce que le fût fasse toujours écran, Mais sa stratégie de fuite la plus spectaculaire consiste en une série de sprints et de bonds qui peuvent atteindre jusqu'à 4 mètres.  

Reproduction du ouistiti pygmée

La femelle donne naissance à deux jeunes deux fois par an au terme d'une gestation de 4 à 5 mois. Chaque petit pèse entre 15 et 25 grammes à la naissance et les doigts de ses pattes sont si petits qu'il faut une loupe pour les distinguer. Le mâle et la femelle se partagent le transport des jeunes lors de la recherche de nourriture. Ces derniers restent dépendants de leur mère pendant un mois, puis réalisent leurs premières explorations ou acrobaties. La mortalité infantile est importante les 2 premiers mois et atteint près de 33 %. Le primate est sexuellement mature entre 12 et 18 mois, mais n'atteint sa taille adulte que vers 2 ans.

Régime alimentaire du ouistiti pygmée

Le ouistiti pygmée est à la fois gommivore, insectivore et frugivore. En effet, il adore racler les troncs à l'aide de ses dents pour en prélever les exsudats résineux. Il chasse également les arthropodes et même les sauterelles, ou aspire du nectar de fleur, voire grignote un fruit bien mûr. Il est même capable en saison sèche de gober un œuf ou la cervelle d'oisillons. 

Menaces sur le ouistiti pygmée

Le ouistiti pygmée n'est pas placé sous statut de menace car ses effectifs sont encore suffisamment importants. Il ne faut cependant pas négliger les risques liés à la déforestation et aux captures qui le destinent à devenir animal de compagnie, car le singe s'apprivoise facilement. 

Ci-dessous, quelques parcs nationaux ou réserves où l'on peut observer le ouistiti pygmée

Bolivie

  • Réserve naturelle de la vie sauvage de Manuripi.

Brésil

  • Station écologique du rio Acre ;
  • Réserve écologique Abufari ;
  • Station écologique Juami-Japura.

Colombie

  • Parc naturel national Amacayacu ;
  • Parc naturel national La Paya.

Équateur

  • Parc national Yasuni.

Pérou

  • Parc national du Manu ;
  • Parc national Tingo Maria.
Cela vous intéressera aussi