Cela vous intéressera aussi

En France, la qualité de l’air est mesurée selon certains critères et donnée au grand public sous forme d'indice. Pour les grandes agglomérations, l'indice de qualité de l'airair est l'indice Atmo, tandis que pour les agglomérations inférieures à 100.000 habitants, il s'agit de l'indice IQA.

Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques), nous explique les causes de la pollution atmosphérique et nous décrit les normes en matière de pollution de l’air. © Futura-Sciences

L'indice Atmo est un chiffre pouvant varier de 1 à 10. Chaque chiffre est associé à un qualificatif : le chiffre 1 indique une qualité de l'air très bonne, tandis que le 10 indique une qualité de l'air très mauvaise. L'indice est représenté par une girafegirafe, nommée Atmo, dont la couleurcouleur et la hauteur du cou font référence à un état de l'air. De 1 à 4, la girafe est verte et la qualité de l'air varie de très bon à bon. Entre 5 et 7, la girafe est orange, et l'indice varie de moyen à médiocre. De 8 à 10, la girafe est rouge et l'air que l'on respire passe de mauvais à très mauvais.

Calcul de l’indice Atmo

Le chiffre Atmo est établi à partir de niveaux de pollution mesurés tout au long de la journée. Il mesure les quatre principaux polluants PM10PM10 (PM pour particulate matter, particules) : les poussières, le dioxyde d'azoteazote, l'ozoneozone et le dioxyde de soufresoufre. Pour chaque polluant, un sous-indice est calculé, déterminé à partir de la moyenne des niveaux du polluant mesurés par l'ensemble des stations. Pour les poussières, le sous-indice est déterminé à partir de la concentration moyenne journalière sur chaque site. Pour le dioxyde de soufre, le dioxyde d'azote et l'ozone, c'est la concentration maximale horaire du jour qui est relevée sur chaque site. Sera choisi comme indice Atmo le sous-indice maximal.

Pour les agglomérations inférieures à 100.000 habitants, l'indice IQA est calculé sur la base d'un ou plusieurs sous-indices. C'est un indice un peu plus simplifié, où les quatre principaux polluants ne sont pas toujours pris en compte. Les PM10 sont majoritairement émises par l'activité industrielle et le transport, ainsi leur prise en compte n'est indispensable que pour les grandes agglomérations.