Planète

Circulation de Walker

DéfinitionClassé sous :océanographie , météorologie , climatologie
La circulation de Walker : les alizés induisent un déplacement (les flèches blanches) des masses d'eaux chaudes (caractérisées par la couleur rouge). Au niveau de la warm pool (ou piscine d'eau chaude) à l'ouest du bassin, l'eau s'évapore, c'est la zone convective. D'autres cellules du même type existent sur l'Atlantique et l'océan Indien tropicaux. © Pierre cb, NOAA

La circulation de Walker caractérise la boucle atmosphérique organisée en cellule le long de l'équateur dans l'océan Pacifique. À cette latitude, l'océan reçoit le maximum d'énergie solaire et donc de chaleur possible. Les vents d'est, les alizés qui convergent à l'équateur, mettent en mouvement les masses d'eaux chaudes d'est et ouest. Limité par les côtes, ce transport induit la formation d'une piscine d'eau chaude (warm pool en anglais).

L'accumulation d'eau chaude à l'ouest du bassin génère un excédent de chaleur qui sera redistribué dans l'atmosphère par évaporation. C'est la zone convective de la circulation de Walker. La vapeur d'eau échangée de l'océan vers l'atmosphère va se condenser en altitude, en raison d'une chute de la température dans la haute atmosphère. Les vents d'altitude sont d'ouest, ils transportent donc l'accumulation d'eau condensée vers l'est. Durant ce transport, l'air s'assèche et génère la branche ascendante de la cellule : la zone de subsidence.

La circulation de Walker est une boucle convective et redistribue l'excédent d'énergie accumulé à l'équateur. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi