Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview avec Jean Jouzel : Le réchauffement climatique est-il d'origine humaine ? Le paléoclimatologue français Jean Jouzel nous éclaire sur la part de responsabilité des humains dans la crise climatique.

L'expression forçage radiative est employée en climatologieclimatologie pour définir la « différence entre l'éclairement descendant et l'éclairement ascendant », peut-on lire dans le glossaire du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climatclimat (Giec). Comprenez, la différence entre l'énergieénergie radiative reçue et l'énergie radiative émise par le système Terre/atmosphère. Ou encore, entre le rayonnement solairerayonnement solaire qui pénètre notre atmosphèreatmosphère et le rayonnement infrarouge qui en sort. En fait, le forçage radiatif, c'est plus précisément une question de puissance puisqu'il se mesure en wattwatt par mètres carrés (W/m2).

Finalement, le forçage radiatif donne une mesure de l'impact de certains facteurs sur l'équilibre énergétique du système Terre/atmosphère. Et les scientifiques parlent de forçage pour signifier que cet équilibre est déstabilisé. Les facteurs qui l'influencent peuvent être naturels ou d'origine humaine. Et intervenir aussi bien au niveau de l'énergie reçue que de l'énergie renvoyée.

Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) présente ainsi la part des différentes composantes du forçage radiatif. © Leland McInnes, Giec, Wikipédia, CC by-sa 3.0
Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) présente ainsi la part des différentes composantes du forçage radiatif. © Leland McInnes, Giec, Wikipédia, CC by-sa 3.0

Une part de naturel, une part d’anthropique

Les facteurs naturels se trouvent essentiellement du côté de la quantité d'énergie reçue par le système Terre/atmosphère. Ainsi, les variations du cycle solaire ou encore celles de l'orbiteorbite de notre Terre et de son axe de rotation modifient la quantité de rayonnements reçus. Les éruptions volcaniques, en revanche, influent sur la quantité de rayonnements renvoyés. En augmentant la quantité d'aérosolsaérosols en suspension dans l'atmosphère.

Les activités humaines jouent aussi un rôle en matièrematière de forçage radiatif. La déforestationdéforestation, par exemple, modifie la capacité des sols à absorber et à réfléchir le rayonnement. Mais ce sont surtout aujourd'hui nos émissionsémissions de gaz à effet de serregaz à effet de serre qui influent sur l'équilibre radiatif du système Terre/atmosphère.

Les gaz à effet de serre (<em>greenhouse gases</em>) influencent fortement le forçage radiatif. © m. malinika, Adobe Stock
Les gaz à effet de serre (greenhouse gases) influencent fortement le forçage radiatif. © m. malinika, Adobe Stock

Forçage radiatif positif, forçage radiatif négatif

Ainsi, lorsque l'atmosphère reçoit plus d'énergie du SoleilSoleil et/ou en ré-émet moins, le système se réchauffe. Les chercheurs parlent de forçage radiatif positif. C'est la situation que nous vivons depuis plusieurs décennies maintenant avec les gaz à effet de serre qui retiennent dans l'atmosphère, les rayonnements infrarouges renvoyés par le sol.

Le forçage radiatif peut aussi être négatif. Dans ce cas, la température de l'atmosphère diminue. Lorsque beaucoup d'aérosols renvoient le rayonnement solaire vers l'espace, par exemple. Cela arrive lors d'intenses épisodes d'éruptions volcaniques. Mais c'est aussi ce qu'envisagent les partisans de la géoingénierie solaire.

Comme souvent, les mécanismes du forçage radiatif sont complexes. Ils impliquent de nombreux facteurs qui ont des effets différents. Et qui peuvent, parfois même, influer les uns sur les autres. Les climatologuesclimatologues continuent leurs efforts pour mieux les comprendre et ainsi mieux modéliser le réchauffement climatique en cours.