Planète

Dendrolague de Goodfellow

DéfinitionClassé sous :animaux , marsupial , kangourou arboricole
 
Le dendrolague de Goodfellow est une espèce en danger de disparition. © Timmy Toucan, Wikipédia, cc by 2.0

Dendrolague de Goodfellow (De Vis 1887) – Dendrolagus goodfellowi

  • Ordre : Diprotodontia
  • Famille : Macropodidae
  • Sous-famille : Macropodinae
  • Genre : Dendrolagus
  • Taille : 0,50 à 0,75 m (longueur de la queue 0,50 à 0,80 m)
  • Poids : 7 à 13 kg
  • Longévité : 12 à 14 ans

Statut de conservation UICN : EN, En danger

Description du dendrolague de Goodfellow

Le dendrolague de Goodfellow est un marsupial de taille moyenne apparenté aux kangourous. Il arbore un pelage court et laineux dont les coloris varient du brun pâle au brun rouge sur la partie supérieure du corps, du beige au blanc sur la partie ventrale, et du jaune au brun clair sur les joues et les pieds. La queue conique et presque aussi longue que le corps est dorée. Une bande poils hirsute sur la nuque pousse en sens inverse. Elle a pour but de permettre un meilleur écoulement de l'eau de pluie lorsque l'animal se repose alors que la tête est plus basse que les épaules. La tête, petite et large, est ornée de deux oreilles rondes ressemblant à celles d'un ours. Les membres antérieurs, plus courts que les postérieurs, sont équipés de griffes recourbées spécialisées pour la préhension, tandis que les jambes arrière plus puissantes mais moins développées que celles des espèces terrestres sont munies de coussinets antidérapants.

Portrait d'un dendrolague de Goodfellow. © Richard Ashurst, Wikipédia, cc by 2.0

Habitat du dendrolague de Goodfellow

Le dendrolague de Goodfellow vit dans les arbres des forêts pluviales montagneuses du centre de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, entre 1.000 et 2.000 mètres d'altitude. Il évolue sur des terrains tourmentés difficiles d'accès.

Comportement du dendrolague de Goodfellow

Le dendrolague de Goodfellow est un animal arboricole généralement solitaire, que l'on peut parfois observer en petits groupes familiaux composés de la femelle, du jeune et d'un mâle. Son activité est diurne et il passe près de 16 heures par jours dans les frondaisons à se reposer. Il descend rarement au sol, où il est très maladroit. Il est au contraire très adroit dans les arbres, qu'il escalade en enveloppant le tronc de ses pattes antérieures et en poussant sur ses pattes postérieures, permettant aux pattes avant de glisser. Le marsupial est capable de bonds pouvant atteindre neuf mètres d'arbre en arbre, et de se laisser tomber au sol d'une hauteur de 18 mètres sans se blesser. Lorsqu'il se déplace sur ses pattes arrière, il est constamment penché en avant pour compenser le poids de sa queue qui lui sert de balancier et de reposoir. Il émet quelques vocalisations et marque son territoire par frottements. Le dendrolague de Goodfellow n'a pas réellement de prédateurs, à l'exception de quelques rapaces pour les jeunes.

Le regard scrutateur d'un dendrolague. © belgianchocolate, Wikipédia, cc by 2.0

Reproduction du dendrolague de Goodfellow

Il n'y a pas de période de reproduction vraiment définie chez le dendrolague de Goodfellow. La femelle est en œstrus tous les 54 ou 56 jours. Elle met bas d'un seul petit au terme d'une gestation de 44 jours. L'embryon se hisse dans la poche marsupiale de sa mère où il s'accroche à un mamelon pour entreprendre sa croissance. Il pointe le nez hors du marsupium au bout de quatre mois et demi et quitte définitivement la poche à la 41e semaine. Le jeune devient totalement indépendant vers un an, et est sexuellement mature au bout de 18 ou 24 mois.

Régime alimentaire du dendrolague de Goodfellow

Le dendrolague de Goodfellow est folivore. Il se nourrit surtout de feuilles, de bourgeons, de sève de fleurs et d'écorce d'un érable de l'espèce Flindersia pimenteliana, de la famille des Rutaceae.

Menaces sur le dendrolague de Goodfellow

Les populations de dendrolagues de Goodfellow ont chuté de 50 % ces 30 dernières années. Le marsupial est principalement menacé par la chasse, et par la disparition de ses habitats du fait de la déforestation. Des programmes locaux de sensibilisation et des réglementations sur la chasse devraient être mis en place pour éviter que l'espèce ne disparaisse dans un court délai.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi