Cette étrange créature en forme de trombone géant vivait 200 ans !

Classé sous :Fossile , animal préhistorique , ammonite

Le trombone à papier n'avait certainement pas encore été inventé il y a 68 millions d'années, lorsque Diplomoceras maximum frétillait dans les océans. Cette curieuse ammonite (un groupe éteint de céphalopodes, la même famille que les calmars) ressemble pourtant étrangement à un trombone géant de 1,5 mètre qui se serait égaré au fond de l'eau.

Cette anatomie insolite n'est pas la seule bizarrerie de cet animal préhistorique contemporain du Tyrannosaure. D'après les investigations des scientifiques, qui ont présenté leurs travaux lors de la convention en ligne de la Société américaine de Géologie la semaine dernière, Diplomoceras maximum pouvait vivre jusqu'à 200 ans, une longévité totalement inhabituelle pour les céphalopodes. Les calmars et les pieuvres, même les plus gros, ne vivent guère plus de 5 ans et le nautile (une autre forme de céphalopode à coquille datant de la Préhistoire) a une durée de vie d'une vingtaine d'années. « En aucun cas, ils ne deviennent centenaires », atteste au New Scientist Linda Ivany, paléoécologue à l'université Syracuse.

Pour établir son âge, les chercheurs se sont basés sur les accrétions de la carapace dans lesquelles on peut observer les variations d'isotopes indiquant des émissions de méthane relâchées périodiquement par les océans. Vivant en Antarctique où la nourriture est rare, Diplomoceras maximum devait avoir un métabolisme très lent, supposent les scientifiques. Quant à la fonction de son appendice en forme de trombone, elle reste bien mystérieuse.

Diplomoceras maximum vivait il y a 68 millions d’années dans les eaux froides de l’Antarctique. © New Scientist, Twitter
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Dans les abysses, un calmar surpris en pleine chasse  Les promenades dans les abysses offrent des spectacles surprenants, comme la chasse du calmar aux yeux noirs par exemple. Ce prédateur attrape et enlace sa proie jusque dans les profondeurs. Une vidéo de l’institut de recherche de Monterey Bay en témoigne, que nous vous invitons à découvrir ici.