Ces trilobites avaient déjà des yeux il y a 429 millions d'années

Classé sous :Évolution , trilobites , yeux des animaux

Les trilobites sont des arthropodes de taille très variable, entre un millimètre et 70 centimètres de long, qui peuplaient les eaux terrestres il y a quelques centaines de millions d'années. Probablement entre 525 et 250 millions d'années. À l'époque, ils étaient déjà dotés de deux yeux composés. L'œil composé, ou œil à facettes, est aujourd'hui caractéristique des arthropodes. Il est constitué d'un ensemble de récepteurs sensibles à la lumière, nommés ommatidies, qui provoque la vision quelque peu kaléidoscopique des mouches, des abeilles, des libellules. Et de nombreux crustacés diurnes.

Une étude, parue dans Scientific Reports, est parvenue à reconstituer la structure de l'œil composé d'Aulacopleura koninckii. Un trilobite âgé de 429 millions d'années, déniché dès 1846 en République tchèque. Les chercheurs suggèrent que chaque œil contenait huit cellules réceptrices, un cristallin épais, et un cône cristallin très fin. L'ensemble étant regroupé autour d'un rhabdome, soit une structure en forme de bâtonnet qui optimise le transport de la lumière.

Les cellules réceptrices auraient été englobées par des cellules pigmentaires. Un tel système pigmentaire n'avait encore jamais été décrit ! Quant au cristallin, son diamètre laisse penser que ce trilobite nageait dans des eaux claires, peu profondes, et était probablement diurne. Puisqu'il indique que le trilobite disposait de bonnes conditions d'éclairage. Surtout, la structure de cet œil est comparable à celle de l'œil des arthropodes du XXIe siècle.

Sur les images a, b, et c se trouvent des photos et un dessin d'Aulacopleura koninckii. Sur l'image g, on observe un zoom sur le céphalon, c'est-à-dire la tête du trilobite. Ensuite, sur les images e, f, et g, l'œil est aperçu sous différents angles. Les flèches rouges indiquant les unités visuelles. Tandis que l'image h représente une unité visuelle individuelle, et l'image k (la dernière) une unité visuelle fossilisée, où la flèche rouge pointe un cône cristallin hypothétique. Au milieu, les images i et j montrent chacune une rosette formée par les fossiles des cellules réceptrices. © Brigitte Schoenemann & Euan Clarkson, Scientific Reports