Étrangeté du vivant : cet animal marin capture ses proies comme une plante carnivore

Classé sous :Étrangeté du vivant , animaux marins , Tunicier

Cette étrange créature des profondeurs évoque peut-être aux joueurs de jeux vidéo les « Plantes Piranha » de Super Mario. Ce n'est pas une plante, mais un tunicier, un sous-embranchement d'invertébrés marins qui compte environ 1.500 espèces, et il est tout aussi redoutable que les « Plantes Piranha » ! En effet, Megalodicopia hians est le seul de sa famille à être un prédateur. Les autres tuniciers se nourrissent en filtrant activement l'eau salée pour y capturer des micro-organismes, des algues ou du plancton. Chez Megalodicopia hians, le siphon fait aussi office de piègeSi un animal entre dans sa « bouche », il est capable de la fermer rapidement, à l'image des plantes carnivores. La victime est alors coincée dans la gueule du tunicier jusqu'à ce qu'il la digère.

Cet étrange animal, parfois surnommé le « poisson-fantôme » à cause de son apparence spectrale, vit bien ancré sur les fonds marins ou encore les pentes des canyons aquatiques de la baie de Monteray en Californie ou au Japon, entre 200 et 1.000 mètres de profondeur.

Un tunicier de l'espèce Megalodicopia hians filmé à l'occasion du documentaire La Planète bleue (Deep blue) de la BBC. Le commentaire de David Attenborough indique que, chez ce tunicier, le siphon qui sert à filtrer l'eau sert aussi de piège, faisant de lui un prédateur. 

Un Megalodicopia hians à l'aquarium de la baie de Monterey. © Monterey Bay Aquarium
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Chroniques du plancton : l'extraordinaire double vie des animaux marins  Oursins, crabes, crevettes, méduses ou encore anémones de mer ne ressemblent pas à leurs parents quand ils sortent de l'œuf. Ce sont des larves, minuscules, qui se mêlent au plancton, cet ensemble d'organismes dérivant au gré des courants. Leurs formes, leurs couleurs et leurs reflets évoquent des créatures extraterrestres. C'est à un voyage dans ce monde étrange que nous convie Christian Sardet, directeur de recherche au CNRS, avec sa superbe collection Chroniques du plancton.