Plus d'un million de litres de pétrole déversés en Équateur

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Marée noire : le bateau échoué au large de l'île Maurice s'est brisé en deux  Le 25 juillet, le vraquier japonais Wakashio s'est échoué près de l'île Maurice, libérant des tonnes de fioul dans l'océan Indien. Ce 15 août, le navire s'est brisé en deux. 

L'un des oléoducs qui passe dans la forêt amazonienne de l'Équateur a déversé d'énormes quantités de pétrole à la suite à une fuite conséquente. Plus d'un million de litres s'est déchargé dans la réserve nationale Cayambe-Coca sur environ 21.000 m2

L'entreprise Oleoducto de Crudos Pesados (OCP), à qui appartient ces infrastructures, a déclaré que la rupture a été causée par un éboulement le vendredi 28 janvier 2022, et aurait cessé de pomper du pétrole le samedi après-midi. Cette société privée aurait aussitôt amorcé le nettoyage, l'assainissement et la réparation de l'oléoduc afin d'atténuer et d'éviter les effets négatifs. Les mesures prises comprenaient l'isolement du pétrole brut épanché afin de préserver les plans d'eau des contaminations dans le secteur de Piedra Fina, mais cela n'a pas empêché la pollution de la rivière Coca le 1er février 2022. 

La rivière Coca pollué par la fuite de pétrole, en Équateur, le 1er février 2022 © Cristina Vega Rhor, AFP

Ces déversements ne sont pas inédits, l'Équateur enregistre en moyenne deux marées noires par semaine. Cette occurrence provient du fait que le pétrole y est en abondance et qu'il est le premier produit exporté. Le pays compte en moyenne 494.000 barils produits entre janvier et novembre 2021. 

Cependant, les industries pétrolières ne cessent d'alimenter leur expansion alors que les fuites à répétition montrent bien que les infrastructures ne sont pas adaptées, malgré les promesses d'utiliser des technologies de pointe ainsi que les engagements en matière de responsabilité environnementale. 

D'immenses quantités de pétrole brut ont été extraites en Amérique du Sud au cours de ces 50 dernières années, engendrant donc au passage l'anéantissement progressif de la biodiversité de la forêt tropicale

En moyenne, 494.000 barils de pétrole ont été produits entre janvier et novembre 2021 en Équateur. © pdm, Adobe Stock