L'eau insalubre tue plus d'enfants que les guerres

Classé sous :Eau , enfant , UNICEF

L'eau insalubre et le manque d'installations sanitaires tuent plus d'enfants que les guerres en les exposant à des maladies diarrhéiques, d'après un rapport accablant de l'Unicef. Il paraît en cette Journée mondiale de l'eau du 22 mars, pour nous rappeler que dans certaines parties du monde, l'accès à l'eau potable et à l'hygiène est loin d'être une évidence.

Le rapport porte sur 16 pays affectés par des conflits armés ou des guerres en Afrique, au Moyen-Orient et en Birmanie, et met en parallèle les décès attribuables aux maladies diarrhéiques et ceux dus aux violences relevés par l'OMS entre 2014 et 2016. Il établit qu'en moyenne trois fois plus d'enfants de moins de 15 ans meurent de diarrhées (85.700 décès par an) que de violences liées aux conflits ou aux guerres (30.900 par an). Le bilan s'aggrave pour les jeunes enfants de moins de 5 ans, qui sont globalement 20 fois plus nombreux à succomber aux diarrhées (72.000 victimes par an) qu'aux violences (3.400 par an). En Libye, en Irak et en Syrie, les conflits restent cependant plus mortels que les diarrhées pour les moins de 15 ans. De même pour les moins de 5 ans en Syrie et en Libye.

Nombre moyen de décès annuels chez les enfants de moins de 15 ans et de moins de 5 ans sur la période 2014-2016, dans 16 pays concernés par des conflits ou des guerres et un manque d'accès à l'eau salubre : Afghanistan, Birmanie, Burkina Faso, Cameroun, Éthiopie, Irak, Libye, Mali, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Syrie, Tchad et Yémen. © Unicef, Rapport « L'eau sous le feu des bombes », 2019
L'eau insalubre est la première cause de mortalité des enfants dans des pays où sévissent pourtant des conflits armés et des guerres, d'après l'Unicef. © Oxfam East Africa, Flickr, CC By 2.0