Les renards des villes seraient en phase de domestication

Classé sous :Domestication , renard roux , renards

À Londres et aux alentours, les renards s'établissent dans la ville. Ce nouvel environnement les force à s'adapter et à évoluer. Des chercheurs, dans une étude de Proceedings of the Royal Society B, ont comparé ces néo-urbains à leurs congénères des campagnes. Et il semblerait que les renards des villes développent un « syndrome de domestication ». Comme ont pu le faire, en leur temps, les chiens domestiques.

En analysant un échantillon de 111 renards roux (Vulpes vulpes), les chercheurs ont constaté des divergences au niveau du crâne. En ville, les renards roux présentent un museau plus court et plus large, une boîte crânienne plus petite, et moins de différences mâle/femelle. « Nous avons vu que les renards urbains avaient une capacité cérébrale plus petite, mais également une forme de museau différente qui les aiderait à se nourrir dans les habitats urbains » suggère Kevin Parsons, coauteur de l'étude.

Et ces divergences correspondraient aux changements qui peuvent se produire durant la domestication. « Certains des aspects environnementaux de base qui ont pu se produire pendant les phases initiales de domestication de nos animaux de compagnie actuels, comme les chiens et les chats, étaient probablement similaires aux conditions dans lesquelles nos renards urbains et d'autres animaux urbains vivent aujourd'hui » explique Andrew Kitchener, un des coauteurs. Dès lors, « l'adaptation à la vie autour des humains prépare en fait certains animaux à la domestication ».

À Londres (Royaume-Uni), les renards de ville semblent développer un « syndrome de domestication », afin de s'adapter à leur nouvel environnement. © Ramon, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Découvrez le renard roux, ce précieux chasseur de campagnols  Le renard roux joue un rôle important aux côtés des agriculteurs pour chasser les campagnols qui causent des dégâts dans les cultures. Partez à sa rencontre dans cette vidéo réalisée dans le Bugey (Ain).