Première preuve d'une infection respiratoire... chez un dinosaure !

Classé sous :dinosaure , maladies respiratoires , Fossile
Cela vous intéressera aussi

Pour la première fois, des scientifiques ont observé sur les restes fossilisés d'un jeune sauropode herbivore, surnommé Dolly, les traces d'une infection respiratoire ! Le spécimen, exhumé dans le Montana, a vécu durant la fin du Jurassique, il y a 150 millions d'années environ. L'examen minutieux de trois vertèbres cervicales a permis de mettre en évidence des saillies jamais observées auparavant. Les os examinés auraient été en contact avec l'appareil respiratoire, notamment les sacs respiratoires, de Dolly, et les marques visibles aujourd'hui seraient les stigmates d'une infection respiratoire.

Les scientifiques pensent que le sauropode a été contaminé par un Aspergillus, un champignon microscopique pathogène responsable de l'aspergillose. Dolly aurait souffert de toux, de perte de poids, de difficultés respiratoires et de fièvre - un ensemble de symptômes qui aurait pu lui être fatal. Chez l'humain, cette infection qui peut prendre plusieurs formes, est inoffensive dans la plupart des cas.

« L'infection fossile de Dolly ne nous aide pas seulement à retracer l'histoire évolutive des maladies respiratoires, elle nous fournit aussi une meilleure compréhension des types de maladies auxquelles les dinosaures étaient sensibles », conclut Cary Woodruff, premier auteur de la publication parue dans Scientific Reports.

Voilà à quoi aurait ressemblé Dolly, un sauropode proche des Brontosaures. © Woodruff, et al. and Corbin Rainbolt.