Les chevaux sont menacés par « la pire pandémie en Europe depuis des décennies »

Classé sous :cheval , rhinopneumonie équine , EHV-1

Une alarmante épidémie de rhinopneumonie équine, un virus respiratoire très contagieux, menace des milliers de chevaux à travers l'Europe. Un virus EHV-1 (non transmissible à l'Homme) particulièrement agressif, s'est échappé d'un centre équestre près de Valence, en Espagne, à l'occasion d'un concours international de saut d'obstacles en février, rapporte le Courrier International. « Il a déclenché la pire pandémie en Europe depuis des décennies », alerte un responsable de la Fédération internationale équestre, qui a annulé tous les événements à venir dans dix pays européens. En France, un cas de EHV-1 a été détecté en Normandie dans le Calvados.

La rhinopneumonie équine se traduit par de la fièvre, des problèmes respiratoires, des difficultés à uriner ou déféquer, et un affaiblissement général. Dans certains cas, le cheval n'arrive même plus à se tenir debout. Or, « un cheval qui reste couché plus de six heures écrase ses muscles et ne se relève jamais, explique la vétérinaire équin Barbara Buisson à France 3Un cheval qui éternue projette des milliards de particules virales qui vont brumiser l'atmosphère », poursuit la spécialiste. Lorsqu'on a un millier de chevaux rassemblés au même endroit, on comprend que l’épidémie peut vite prendre une tournure dramatique. Dès lors, les mesures préventives consistent à isoler les chevaux malades et à limiter les déplacements des animaux.

Cette épidémie est en tout cas un coup dur pour la filière équine, déjà pénalisée par l'arrêt des compétitions l'an denier lié à la Covid-19. Les athlètes sont aussi en plein entraînement pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

Une épidémie de rhinopneumonie équine s’est propagée à toute l’Europe à partir d’une compétition internationale qui s’est déroulée à Valence en février. © Atropos91, Flickr
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelles sont les différences entre bactéries et virus ?  Ce sont des microbes. Ils sont tout petits et on les confond assez facilement. Pourtant, bactéries et virus sont deux choses bien différentes. Et pour lutter efficacement contre ceux qui provoquent des maladies, mieux vaut les identifier clairement.