Les chats domestiques ont une influence très négative sur la vie sauvage, révèle une nouvelle étude publiée dans Proceedings of the Royal Society B. Nos félinsfélins de compagnie sont en effet les principaux vecteurs de Toxoplasma gondii, un parasiteparasite responsable de la toxoplasmose. Cette maladie est la plupart du temps bénigne chez l'être humain, mais peut entraîner des problèmes de comportement, une baisse de la féconditéfécondité ou une augmentation de la mortalité chez certains mammifèresmammifères. On estime ainsi que 30 à 50% des humains seraient porteurs du parasite sans le savoir.

Voir aussi

5 raisons scientifiques de détester les chats

Des chercheurs de l'université de Colombie britannique au Canada ont examiné 45.079 cas de toxoplasmosetoxoplasmose chez 238 espècesespèces de mammifères en passant en revue des centaines d'études. Ils ont comparé la prévalenceprévalence de la maladie à différents facteurs, comme la densité humaine, la pluviométrie ou la température. Résultat : ils ont constaté une forte corrélation entre la densité humaine et le taux d'urbanisation et la prévalence de toxoplasmose chez les animaux sauvages.

« On compte environ 600 millions de chats domestiques dans le monde, soit beaucoup plus que tous les autres animaux sauvages réunis », atteste Amy Wilson, principale auteure de l'étude. Or, les souches de T. gondii des chats domestiques sont plus virulentes et ont une infectiosité supérieure à celles des espèces sauvages. Les animaux sont principalement contaminés par les eaux de ruissellement contaminées par les excréments des chats. Outre la transmission de maladies, les chats réduisent aussi la biodiversitébiodiversité en décimant les oiseaux et les petits mammifères.

Voir aussi

Comment faire pour que votre chat ait moins d'impact sur la biodiversité ?