Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Avez-vous déjà vu un crabe nager ? On a plutôt l'habitude de voir ces crustacés marcher sur le fond de l'océan ou sur la plage. Pourtant, une famille de crabes est devenue experte en nage en eaux libres grâce à une adaptation évolutive de leur dernière paire de pattes. Comme le prouve celui-ci, filmé à Hawaii.

Le crabe des neiges, c'est une espèceespèce de crabe qui vit dans les eaux froides du côté de l'Alaska. Une espèce réputée abondante en mer de Béring, mais aussi parmi les plus pêchées. Jusqu'à la semaine dernière. Car les autorités viennent d'annoncer, et c'est une première, que la population de crabe des neiges est tombée sous le seuil réglementaire pour ouvrir la pêchepêche. Les chercheurs évoquent des chiffres qui font froid dans le dosdos. La population serait ainsi passée de 8 milliards d'individus en 2018 à seulement 1 milliard... en 2021 !

En cause, la surpêche bien sûr. Comme cela avait déjà été le cas pour les crabes royaux il y a quelques années. D'autant que certains notent que de plus en plus de navires circulent dans la région, notamment pendant les mois de reproduction du crabe des neiges - du fait du recul de la glace de mer. De quoi inviter le changement climatique sur le banc des accusés. Les scientifiques doutent en effet que la surpêchesurpêche puisse, à elle seule, expliquer un tel effondrementeffondrement.

Les crabes des neiges, on s'en doute, apprécient les eaux froides. En dessous de 2 °C. Or de nombreuses études montrent que dans le contexte de changement climatique bien plus rapide dans la région de l'ArctiqueArctique qu'ailleurs, la température de la mer de Béring augmente et sa couverture en glace de mer diminue.

Voir aussi

L'Arctique se réchauffe bien plus vite que prévu, révèle une étude !

Le réchauffement climatique menace aussi celles que les scientifiques appellent les « piscines froides » dans lesquelles jusqu'ici, les jeunes crabes des neiges pouvaient grandir grâce à une nourriture abondante et une température qui rebutait la plupart de leurs prédateurs. Les chercheurs rapportent tout de même avoir observé quelques crabes des neiges juvéniles. Ils espèrent que d'ici trois à quatre ans, ils pourront contribuer à la régénération de la population.