Planète

En vidéo : l'oyat, la plante qui fixe les dunes du Nord

ActualitéClassé sous :zoologie , Tour de France 2014 , tour de France de la biodiversité

Comment empêcher le sable des dunes de s'envoler et de faire reculer le littoral ? En enfouissant un réseau de fibres dont l'entretien est assuré par énergie solaire, à l'aide de capteurs protégés des intempéries et qui, en prime, ralentissent le vent au niveau du sol. C'est la solution proposée par Dame Nature, sous le nom d'oyat. Les dunes du Nord, près desquelles passeront des cyclistes demain, leur doivent beaucoup, comme le rappelle le Muséum national d'histoire naturelle.

L'oyat, la graminée qui stabilise des dunes du littoral  Implantée jadis sur le littoral dans les Landes et dans le département du Nord dans le but de stabiliser les dunes, l'oyat est une graminée adaptée à la sécheresse. L'enroulement de ses feuilles, garnies de petits poils, réduit l'évaporation, donc la perte d'eau. Ses rhizomes la maintiennent très bien dans un sol meuble et constituent également des réserves pour la plante. © MNHN 

Ce mercredi, les coureurs du Tour, partis d'Ypres, en Belgique, passeront la frontière française et atteindront Arenberg, près de Valenciennes, dans le département du Nord, célèbre pour les dunes qui bordent son littoral. Un 25 juillet 1909, près du hameau des Baraques, Louis Blériot sur son modèle numéro onze, y a décollé vers l'ouest pour tenter et réussir la première traversée de la Manche.

Elles bougent, ces dunes, au gré des vents qui emportent les grains de sable. Mais pas trop. Rebaptisée Blériot-Plage, la côte près des Baraques a toujours à peu près la même allure. C'est probablement grâce à l'oyat, comme le rappelle le Muséum national d'histoire naturelle dans son Tour de France de la biodiversité. Cette haute graminée, qui dépasse le mètre, est solidement plantée dans le sol sableux. C'est là où elle aime vivre et les botanistes ont d'ailleurs doublement reconnu cette inclination en la baptisant Ammophila arenariaammophila, en grec, signifie qui aime le sable et le mot latin arena désigne le sable ou le gravier.

Le secret de son enracinement solide réside dans ses rhizomes... qui ne sont pas des racines. Ces tiges souterraines se ramifient et courent sous les dunes. Elles jouent le rôle de réserves, utiles dans ces endroits secs et pauvres. Les rhizomes peuvent aussi bourgeonner et donner un nouveau pied. Ainsi charpentée, la dune résiste bien mieux aux vents de la mer.

Ammophila arenaria a plus d'un tour dans son sac pour vivre dans ce milieu difficile et, par exemple, enroule ses feuilles pour réduire l'évaporation. Les stomates, petits orifices permettant la respiration, sont peu nombreux. Alors qu'ils sont majoritairement situés sur la face inférieure chez les plantes vertes, ceux de l'oyat sont installés sur la face supérieure des feuilles enroulées, là où ils sont mieux protégés de l'air sec. De plus, la circulation d'air est à cet endroit ralentie par... des poils.

Les Hommes ont depuis longtemps repéré cette haute technologie et l'oyat, cette plante commune des lagunes, a été utilisée pour stabiliser les dunes dans les Landes et dans le Nord. Elle assure depuis cette tâche bénévolement et se permet même d'abriter quelques animaux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

L'oyat (Ammophila arenaria ou Psamma arenaria) vit bien plantée dans les dunes du littoral atlantique, dans les Landes et dans le Nord. Cette plante des lagunes y a été plantée pour les stabiliser, ce qu'elle a très bien réussi. © MNHN