Planète

Trafic d'os et organes de tigres dans les élevages de Chine

ActualitéClassé sous :zoologie , tigre , Inde

Un nouveau rapport d'enquête d'IFAW (Fonds international pour la protection des animaux www.ifaw.org) confirme les détails d'un trafic d'os et organes de tigres dans les élevages de Chine, ce qui viole à la fois la Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d'extinction (CITES) et la législation nationale chinoise.

Trafic d'os et organes de tigres dans les élevages de Chine

La publication du rapport, intitulé Made in China : Farming Tigers to Extinction (Made in China; élevage des tigres jusqu'à l'extinction), arrive à point nommé pour la 14ème assemblée de la Conférence des Parties (CdP) de la CITES, où la conservation et le contrôle du commerce des tigres est l'un des principaux sujets examinés.

Grace Gabriel, Directrice Régionale d'IFAW pour l'Asie et l'un des principaux intervenants dans le débat sur l'élevage des tigres, commente ainsi les conclusions de ce rapport : "Les tigres jouent un rôle vital dans notre écosystème et ils sont essentiels pour le patrimoine naturel de l'Asie. Le péril qui les menace nous incite à nous concentrer sur des stratégies de conservation viables à long terme, plutôt que sur des façons de faire de l'argent rapidement".

Le rapport souligne les menaces imminentes qui pèsent sur les tigres dans la nature en conséquence directe de l'élevage commercial des tigres à grande échelle dans de prétendues fermes d'élevage. Les enquêteurs ont trouvé des preuves appuyant les observations détaillées dans le rapport de la mission sur les tigres chinois du Secrétariat de la CITES. En effet, il a été constaté que le vin produit dans les élevages et vendu dans des flacons en forme de tigre était en fait vanté et vendu comme une potion à base d'os de tigre, dans les plaquettes commerciales et sur les sites internet.

Le rapport d'IFAW va également dans le sens de l'évaluation du Secrétariat, selon lequel l'élevage "industriel" des tigres est le résultat de mauvaises décisions commerciales. Selon le propriétaire d'un élevage cité dans le rapport de mission, la décision d'élever des tigres dans un but commercial après l'interdiction du commerce instaurée en 1993 était "une stratégie commerciale spéculative, dans l'espoir que l'interdiction serait temporaire".

"L'élevage commercial des tigres ravivera la demande que l'interdiction intérieure chinoise avait réussi à limiter, ainsi que les efforts de sensibilisation du grand public entrepris par le gouvernement chinois," ajoute Mme Gabriel. "L'augmentation de la demande ne fera que stimuler le braconnage des tigres dans la nature, qui coûte nettement moins cher que l'élevage d'un tigre dans une ferme. Les balles sont bon marché."

L'élevage de milliers de tigres a épuisé financièrement ces fermes, mais plutôt que de reconnaître l'échec des élevages et le fait qu'ils constituent une mauvaise décision commerciale, les investisseurs essaient de déplacer la charge financière sur l'opinion internationale dans son ensemble, et attendent que le monde accepte la perte des tigres à l'état sauvage, conséquence de leurs actes.

Cela vous intéressera aussi