L'histoire du professeur Hwang Woo-suk, ou la chute d'un candidat au prix Nobel dans le charlatanisme, conservera tout de même quelques beaux chapitres.
Cela vous intéressera aussi

Après avoir annoncé dans le journal Science, en mai 2005, l'isolation de onze lignées de cellules souches embryonnaires humaines  , le professeur Hwang avait été décrédibilisé par un comité d'experts, qui avait mis à jour une falsification des résultats  et des retouches de photographiesphotographies.

Snuppy n'a plus à s'inquiéter :<br /> il est bien le premier chien cloné du monde !

Snuppy n'a plus à s'inquiéter :
il est bien le premier chien cloné du monde !

Dès lors, la question se posait : Hwang avait-il également truqué ses précédents coups d'éclat ? Avait-il bien cloné un lévrier afghan en 2005 ? Selon les conclusions de deux comités de chercheurs de l'université de Séoul et des Etats-Unis, la réponse est oui.

Si la manipulation des résultats des travaux publiés par Hwang dans le journal Science en mai 2005 ne laisse plus place au doute, l'origine de SnuppySnuppy non plus. En effet, en comparant des échantillons ADNADN du lévrier afghan, du chienchien donneur et de la chienne porteuse, le comité d'experts de l'université nationale de Séoul, ainsi qu'une équipe de chercheurs américains de l'INS (Institut national de la Santé), confirment que Snuppy est bel et bien le premier chien cloné au monde : « les résultats montrent que Snuppy est bien un clone génétiquegénétique du chien donneur » a affirmé Elaine Ostrander, du National Human Genome Research Institute.

Cette confirmation n'a pas été annoncée par le journal Science, dont les oreilles de la rédaction doivent vriller à la seule évocation du professeur Hwang, mais par le journal Nature, dans son édition du 9 mars.