Deux nouvelles espèces de papillon ont été découvertes en Extrême-Orient, par des chercheurs russes. Appartenant au genre Ypsolopha, ces insectes sont particulièrement difficiles à attraper. Les scientifiques ont donc eu un soupçon de chance, et viennent ajouter une pierre à la construction d’une grande base de données contribuant à la connaissance de la biodiversité.
Cela vous intéressera aussi

En voilà qui sortent de l'ordinaire. Les Ypsolopha sont un genre d'insecte de l'ordre des lépidoptèreslépidoptères dont la forme adulte est communément appelée papillon. Ils étonnent par la position qu'ils adoptent lorsqu'ils se reposent sur une feuille : ailes rangées, tête en avant, queue du corps en l'airair et antennes tendues, telle est leur attitude. Si l'on compte près de 120 espècesespèces de ce genre, réparties dans le monde entier, il est particulièrement difficile de les attraper.

Les méthodes standard pour attraper les papillons consistent à élever les larveslarves ou à attirer les adultes avec la lumièrelumière. Mais ces insectesinsectes ne vivent pas en colonie, les larves vivent et se nourrissent dans les toiles qu'elles tissent entre les feuilles, bourgeons et rameaux des plantes. Elles sont donc isolées et il est presque impossible de les dénicher en pleine nature. Par ailleurs, les Ypsolopha, des papillons nocturnes, ne volent pas vers la lumière. Des biologistes russes ont toutefois eu la chance d'attraper deux nouvelles espèces.

Un <em>Ypsolopha blandella </em>se reposant tranquillement sur une feuille. © Yu. Semeikin, cc by sa 3.0

Un Ypsolopha blandella se reposant tranquillement sur une feuille. © Yu. Semeikin, cc by sa 3.0

Un quart des espèces Yspolopha présent en Russie

Décrites dans un article paru dans le journal ZooKeys, les deux espèces ont été respectivement baptisées Ypsolopha melanofuscella et Ypsolopha straminella. Toutes deux ont été découvertes dans l'Extrême-Orient russe, au nord-est de la Mongolie. Les membres de l'Institute of biology and soil science de Russie décrivent les corps de ces lépidoptères, mais surtout leurs parties génitales, ce qui a permis de les identifier comme espèce à part entière.

Y. melanofuscella et Y. straminella viennent s'ajouter aux 28 espèces déjà identifiées dans le sud de la Russie. Cette région comprend à elle seule près d'un quart des espèces du genre Ypsolopha. « L'étude de la diversité des espèces en Asie de l'Est dans son ensemble, et dans l'Extrême-Orient de la Russie en particulier, est une entreprise importante, commente Margarita Ponomarenko, principal auteur de l'article. Ce n'est que la première étape pour la création d'une base de donnéesbase de données qui servira au profit de la conservation de la biodiversité et de la préservation de l'espèce. »