Planète

Le ballet d'une hydre d’eau douce

ActualitéClassé sous :zoologie , hydre , danse

-

[EN VIDÉO] Le ballet d'une hydre d’eau douce  L’hydre d’eau douce Hydra viridis effectue une dance gracieuse sous l’objectif de la caméra, elle abrite pourtant un arsenal de guerre composé de cnidocytes (grossissement 40 à 600 fois). 

L’hydre d’eau douce Hydra viridis effectue une dance gracieuse sous l’objectif de la caméra, elle abrite pourtant un arsenal de guerre composé de cnidocytes (grossissement 40 à 600 fois).

Hydra veridis est un cnidaire, comme les anémones de mer, les coraux ou les méduses. À la différence de ses confrères, elle vit en eau douce. Les cnidaires sont diploblastiques car ils se composent de deux tissus : l’endoderme (à l’intérieur) et l’ectoderme (à l’extérieur). Par comparaison, l’Homme est triploblastique. Il se compose de trois types de tissus : l’endoderme, le mésoderme et l’ectoderme. L’ectoderme des cnidaires comprend des cnidocytes. Ces cellules abritent des micro-harpons vénéneux nommés nématocystes. Les hydres d’eau douce sont donc gracieuses en apparence, mais elles cachent en réalité un véritable arsenal de guerre. Les points verts correspondent à des algues symbiotiques nommées chlorelles. Elles pratiquent la photosynthèse. Elles fournissent des éléments nutritifs à l’hôte tout en consommant le CO2 qu’il produit. © Charles Krebs

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !