Sonnée par la disparition de 95 % des espèces animales et végétales à la fin de l'ère primaire, la vie est repartie de plus belle. Les écosystèmes marins auraient même gagné en complexité, avec une faune mobile plus abondante.
Cela vous intéressera aussi

Par cinq fois au moins durant les cinq cents derniers millions d'années, la vie terrestre a été secouée par une catastrophe majeure, provoquant la disparition relativement rapide de la majorité des espècesespèces végétales et animales. La pire de toutes fut sans doute celle qui survint il y a 250 millions d'années. Marquant la limite entre l'ère primaire (ou paléozoïquepaléozoïque) et l'ère secondaire (ou mésozoïquemésozoïque), elle a fait disparaître 95 % des espèces vivantes.

Trois paléontologuespaléontologues du Field Museum de Chicago, Peter Wagner, Matthew Kosnik et Scott Lidgard, affirment que de part et d'autre de cette phase d'extinctionextinction, les écosystèmesécosystèmes marins n'avaient pas la même composition. Leur étude porteporte sur 1 176 sites dans lesquels la faune fossilefossile a été soigneusement répertoriée sur une longue période couvrant cette limite permio-triassique (la dernière période de l'ère primaire est le PermienPermien et la première de l'ère secondaire est le TriasTrias).

Et le mobile fut à la mode

Les auteurs se sont d'avantage intéressés aux écosystèmes qu'aux espèces elles-mêmes. Ils en distinguent deux types, les simples et les complexes, définis par le nombre d'espèces qu'ils comportent, en d'autres termes leur biodiversitébiodiversité, mais aussi par l'intensité des interrelations entre les espèces. Le constat : avant l'extinction, les écosystèmes simples dominaient mais ont laissé place aux seconds quand la vie a repris du poil de la bête.

Plus précisément, c'est la mobilité qui a remporté le match après extinction. A la fin de l'ère primaire, la faunefaune marine était dominée par des espèces sessiles, c'est-à-dire fixées sur la roche ou le sédimentsédiment, comme les brachiopodesbrachiopodes (toujours vivants mais peu diversifiés) et les crinoïdescrinoïdes (des échinodermes encore présents dans l'océan et souvent appelés lis de mer). A partir du Trias, la situation s'inverse, les animaux nageurs, fouisseurs et rampants deviennent majoritaires dans la faune. Même au sein des échinodermes, les crinoïdes se marginalisent au profit des oursinsoursins et des étoilesétoiles de mer.

« Cet accroissement de la faune mobile a probablement conduit à une augmentation de la complexité des écosystèmes, explique Peter Wagner. Avec une mobilité plus grande et donc un métabolismemétabolisme plus élevé, les interactions entre individus sont plus nombreuses. »