Le nord-ouest de Madagascar sous la caméra du satellite japonais Alos. © Jaxa/Esa

Planète

La Terre vue de l'Espace : la méduse de Madagascar

ActualitéClassé sous :Terre , Espace , méduse

Le satellite japonais d'observation de la Terre, Alos, est l'auteur d'une superbe image de l'estuaire de la Betsiboka, au nord-ouest de Madagascar.

C'est ici que le plus grand fleuve de l'île se jette dans la baie de Bomteboka, qui s'ouvre elle-même sur le canal du Mozambique. La couleur rouge des bancs de sable et des îles situés entre les « tentacules de la méduse » provient des sédiments arrachés aux collines et charriés par les torrents et les rivières lors des fortes pluies. La mangrove constitue la forme de végétation prédominante le long des côtes de ces îles, où elle abrite une population de crustacés et de mollusques tout en fournissant un habitat pour les tortues marines, les dugongs et les oiseaux.

La ville portuaire de Mahajanga est visible dans le coin supérieur gauche de l'image. Une population d'environ 130.000 personnes y réside et elle constitue une destination touristique idéale avec un climat chaud et sec tout au long de la plus grande partie de l'année. Dans le coin inférieur droit se trouve la ville de Marovoay, dont la majorité des quelque 65.000 habitants sont des fermiers. L'agriculture est en évidence sur l'image : les exploitations crevetticoles et la riziculture sont très communes à proximité de l'eau dans la région, tandis que les plantations de café se développent vers l'intérieur des terres.

Le satellite japonais Alos (Advanced Land Observation Satellite) a pris cette image le 17 septembre 2010 à l'aide de l'instrument Avnir-2 (Advanced Visible and Near Infrared Radiometer). L'Esa soutient Alos en tant que « Mission de tierce partie », ce qui signifie que l'Esa utilise son infrastructure au sol multimission et son expertise pour l'acquisition, le traitement et la distribution des données du satellite vers sa vaste communauté d'utilisateurs. En avril 2011, le satellite a été victime d'une brutale perte de puissance alors qu'il était en train de cartographier les côtes japonaises dévastées par le tsunami du 11 mars.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi