Planète

Poursuite du déclin des glaces de mer de l'Arctique

ActualitéClassé sous :Terre , déclin , glaces

De nouvelles données recueillies par satellite montrent quatre années de couverture de glaces de mer extrêmement basse, en été, dans l'Arctique. Le phénomène s'est poursuivi en septembre 2005. Cela serait le résultat de températures plus élevées et d'une fonte précoce de printemps.

Banquise

Depuis 2002, le printemps intervient plus tôt dans le nord de la Sibérie et de l'Alaska. "En 2005, la tendance s'est accentuée au point d'inclure le pack de glace entier de l'Arctique," indique Ted Scambos, du CU-Boulder's National Snow and Ice Data Center (Etats-Unis), qui a dirigé l'étude, laquelle impliquait aussi la Nasa et l'Université de Washington.

En utilisant des données remontant à 1978, l'équipe de recherche a mis en évidence un phénomène de fonte de printemps et d'été 2005 ayant débuté 17 jours plus tôt que d'habitude, soit un nouveau record. La température moyenne de l'air à travers la majeure partie de l'océan Arctique, de janvier à août 2005, était de 3.6 à 5.4 Farenheit plus élevée que la moyenne des 50 dernières années, selon les calculs effectués par l'équipe.

La glace de la mer Arctique atteint habituellement un minimum en septembre, à la fin de la saison de fonte d'été. Les conditions climatiques précitées ont été suivies par la plus faible étendue de glace jamais observée par satellite, cinq jours d'une faible moyenne de 3.3 millions de kilomètres carrés, au 19 septembre. Cette étendue s'avère plus faible d'environ 20% que la moyenne basse de septembre pour la période 1978 - 2001, soit une superficie de 800.000 km2, correspondant à environ deux fois le Texas.

"Depuis les années 1990, la fonte et le recul des glaces s'accélèrent," déclare Scambos. Les températures de l'Arctique auxquelles est soumise la glace, l'océan et la terre environnante, ont augmenté durant les dernières décennies. "Quelque chose a fondamentalement changé en Arctique et la meilleure explication se trouve dans le réchauffement," font remarquer les chercheurs. La tendance au déclin de la glace Arctique est maintenant évaluée, sur la base des données satellites, à 8.4 % par décennie depuis les années 1970.

"Le déclin des glaces affectera probablement les futures températures en Arctique, la glace agissant comme un mécanisme refroidissant, car reflétant la majeure partie du rayonnement solaire en direction de l'espace," précise Scambos. La fonte progressive signifierait ainsi une moindre quantité de lumière solaire reflétée et un processus de déclin de long terme des glaces.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi