Au début de l'ère industrielle a eu lieu la véritable explosion démographique qui fait que la Terre accueille aujourd'hui presque 8 milliards d'habitants. © sdecoret, Adobe Stock
Planète

Un œil sur l'histoire de la croissance de la population humaine

ActualitéClassé sous :Terre , population mondiale , accroissement de la population humaine

[EN VIDÉO] L'évolution de la population depuis 200.000 ans  Aujourd'hui, nous sommes huit milliards d'êtres humains sur Terre : comment en sommes-nous arrivés là ? 

Aujourd'hui, nous sommes presque 8 milliards d'humains sur Terre. Ce n'est qu'une question de mois avant que ce seuil soit atteint. Mais il y a 2.000 ans nous étions plus de 30 fois moins. Comment la population mondiale a-t-elle pu évoluer autant en si peu de temps ?

Presque 200.000 ans auparavant, Homo sapiens peuplait uniquement le continent africain. Le nombre d'individus n'est pas connu, mais ils n'étaient probablement que quelques centaines de milliers, voire moins. Cent mille ans plus tard, les humains modernes se déplacent et migrent vers les autres continents. Les études estiment qu'il y avait environ 1 million d'êtres humains il y a 40.000 ans. Aujourd'hui, à environ 8 milliards d'habitants, nous sommes 8.000 fois plus nombreux. Comment expliquer cette explosion démographique ?

La sédentarité

La population reste globalement stable jusqu'au début du Néolithique. Elle double néanmoins en 20.000 ans et passe à 2 millions d'individus, grâce à l'invention des outils qui améliorent la chasse. Elle n'augmente réellement que très tard, lorsque les humains se sédentarisent il y a environ 10.000 ans. Débutent alors l'agriculture, l'élevage et la vie en société, qui contribuent à l'accroissement de la population. Ainsi, au début de notre ère il y a un peu plus de 2.000 ans, la population est passée à 200 millions d'individus. À partir de là, l'augmentation presque continue commence. Des civilisations se forment, qui prospèrent, donc s'agrandissent. Et se régulent par les guerres, les famines, les épidémies... si bien qu'en 1200, on compte 380 millions d'individus. Seul gros bémol : la peste bubonique, ou peste noire. Cette pandémie a fait chuter la population, qui est retombée à 345 millions d'habitants. Puis tout repart. L'exploration et l'exploitation du continent américain, le commerce, de biens, d'humains, le début de la mondialisation. En 1700, on compte 600 millions d'êtres humains sur Terre. 

Mais, c'est au début de l'ère industrielle qu'a eu lieu la véritable explosion démographique. En 1800, seulement 100 ans plus tard, le milliard est atteint. Et à partir de là, tout s'accélère ! 127 ans pour doubler la population et passer à 2 milliards en 1927, puis seulement 47 ans pour doubler à nouveau et passer cette fois à quatre milliards en 1974. Depuis, le taux d'accroissement semble s'être stabilisé, malgré une courbe effrayante : nous augmentons d'un milliard d'individus tous les 12 ans. Ainsi, nous sommes aujourd'hui presque 8 milliards d'êtres humains, les dernières données étant à 7.953.950 habitants. 

L'évolution de la population mondiale depuis 12.000 ans, depuis la sédentarisation d'Homo sapiens. À cette échelle, la récente explosion démographique semble faire tendre la population mondiale vers l'infini. © Max Roser, Our World in Data

La dynamique des populations

L'augmentation de la population passe à la fois par la baisse de la mortalité infantile, et par l'augmentation du taux de natalité. Ou au moins la nette évolution d'un des deux facteurs. Or, ils sont tous deux étroitement liés aux conditions de vie que mènent les habitants. La santé et l'accès à l'éducation notamment. Jusqu'à l'explosion démographique récente, les deux s'équilibraient : la population restait globalement stable, avec en moyenne deux enfants par femme. Mais la révolution industrielle a permis des progrès technologiques, de meilleurs apports en nourriture, un meilleur accès aux soins, donc une meilleure espérance de vie et une baisse de la mortalité. La population a alors soudainement augmenté, d'où l'évolution sur le graphique ci-dessus. 

L'espérance de vie en France entre 1740 et aujourd'hui. © Ined

Ce n'est qu'après un délai suffisamment long que le taux de natalité se met à baisser, et rééquilibre alors les choses : on revient sur une population stable. En cause, l'éducation et l'accès à la contraception : les femmes ont moins d'enfants, et les ont plus tard. Parfois, le taux de naissance passe en dessous du seuil de remplacement, estimé à 2,1 enfants par femme. Dans ce cas, la population devient vieillissante, et ce sont les migrations qui régiront son évolution. Actuellement les pays déjà développés ont des taux de natalité proches ou inférieurs à 2,1 enfants par femme : ils ont fini leur explosion démographique. C'est dans les pays en développement que se produit cette augmentation soudaine de la population. Les Nations unies prévoient d'ailleurs une stabilisation de la population, voire une diminution, dès 2100.

Ici, l'évolution n'est montrée que depuis 1950, mais le taux de mortalité a diminué dès les débuts de l'ère industrielle. Les Nations unies prévoient une stabilisation de la population autour de 2100 lorsque le taux de natalité atteindra le taux de mortalité : d'ici là, ils prévoient une population mondiale d'environ 11 milliards d'individus. © United Nations, DESA, Population Division
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !