Planète

Obtention de biogaz par fermentation sèche : qu'est-il possible de faire ?

ActualitéClassé sous :Terre , fermentation sèche , biogaz

Les 4 et 5 février derniers a eu lieu une discussion d'experts, organisée par l'agence spécialisée pour les matières premières renouvelables (FNR - Fachagentur Nachwachsende Rohstoffe e.V.), et concernant la fermentation sèche dans les installations au biogaz.

Usine de fabriquation du biogaz

L'objectif de la réunion était d'évaluer les perspectives et les besoins de la recherche et du développement dans ce secteur.

En considérant les avantages au niveau des procédés techniques, la fermentation sèche est considérée comme une alternative plus économique à la fermentation humide. En particulier pour les entreprises agricoles qui ne peuvent pas avoir recours au lisier, elle permet de produire du biogaz et donc de prendre part au marché de l'énergie.

L'échange de connaissances et d'expériences des 15 experts réunis au siège du FNR à Gulzow (Schleswig-Holstein), a mis en lumière la nécessité d'agir, afin de pouvoir mettre ce procédé prometteur sur le marché. Ainsi, certaines questions de procédés techniques concernant le substrat sont encore à éclaircir, et surtout le développement d'une technique de mesure appropriée, afin de recevoir des données permettant d'étudier le comportement de fermentation du substrat, est indispensable. De cette façon, on pourrait optimiser le mélange de substrat ainsi que la durée du processus, afin de rendre le procédé économiquement et écologiquement compétitif.

Malgré le vaste chemin encore à parcourir par la R&D dans ce domaine, le procédé de fermentation sèche a été jugé par les spécialistes comme une alternative tout à fait prometteuse à la fermentation humide. C'est pour cette raison que la FNR va consacrer à l'avenir une grande partie de son programme de promotion "matières premières renouvelables" dans ce secteur.

Cela vous intéressera aussi