Planète

Nuits chaudes et riziculture ne font pas bon ménage

ActualitéClassé sous :Terre , riz , riziculture

Jusqu'à présent, seules les simulations informatiques et les mesures en laboratoire avaient permis d'établir un lien entre l'augmentation des températures - liée aux gaz à effet de serre - et la chute des récoltes de riz. Aujourd'hui, des chercheurs philippins, chinois et américains annoncent avoir mis en évidence cette relation sur le terrain même.

En étudiant les relevés de températures d'une ferme de l'International Rice Research Institute (Philippines), l'équipe a pu constater entre 1979 et 2003 une élévation de 0,35°C de la température annuelle maximale et de 1,13°C de la température annuelle minimale.

Par ailleurs, les travaux des scientifiques, publiés dans les Comptes-rendus de l'Académie des Sciences américaine (PNAS), montrent que, lors des saisons sèches (de janvier à avril), une hausse de 1°C de la température minimale aboutit à une diminution de 10% de la récolte de riz, tandis que la variation de température maximale n'a pas d'effet significatif.

Les conséquences que risque donc d'avoir le réchauffement climatique sur le riz sont d'autant plus préoccupantes que celui-ci est un des aliments les plus consommés au monde.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi