Les vendanges 2017 sont en avance dans toutes les régions et les prévisions annoncent une cuvée maigre mais de bonne qualité. La situation correspond aux conclusions d'une étude de 2016 conduite par la Nasa et l'université d'Harvard, aux États-Unis, rapportée par Futura. Elle montrait que les vendanges précoces observées ces dernières décennies sont dues au changement climatique. Ce phénomène aurait un impact sur le vin qui serait de meilleure qualité. Mais pour combien de temps encore ?
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] COP 21 : comment mesurer le réchauffement climatique ? Selon la communauté scientifique, les effets du réchauffement climatique se font de plus en plus ressentir, tant en altitude que sur le reste du globe. Alors, à l'aube de la COP 21, où en est la question ? L’Agence spatiale européenne (Esa) et Euronews nous en disent plus dans cet épisode de Space.

Artile paru le 28 mars 2016

Chaque année, on l'entend dans divers médias qui s'en font l'écho : les vendanges ont lieu de plus en plus tôt. En France, et aussi chez tous nos voisins où l'on cultive la vigne. S'agit-il seulement d'une impression ou est-ce vraiment une tendance sur le long terme liée au changement climatiquechangement climatique ? Pour la NasaNasa et l'université d'Harvard (États-Unis) avec laquelle elle s'est associée pour mener l'enquête, il est clair que la hausse des températures moyennes en est la cause. Le phénomène a même considérablement augmenté à partir de la seconde moitié du XXe siècle.

En consultant les documents historiques de plusieurs terroirs français et suisses entre 1600 et 2007, l'équipe de Benjamin Cook, climatologueclimatologue à l'institut Goddard de la Nasa et au Lamont Doherty Earth Observatory de l'université ColumbiaColumbia, a relevé que durant près de quatre siècles, les vendanges qui survenaient plus tôt étaient consécutives à des printemps et des étés plus chauds et secs que d'ordinaire.

Cependant, à partir des années 1980, il apparaît qu'elles sont de plus en plus précoces, même lorsqu'il n'y a pas eu de sécheressesécheresse. « Il y a des preuves croissantes que le changement climatique a causé des récoltes plus tôt dans ces régions au cours des dernières décennies », indique l'auteur principal de l'étude qui vient d'être publiée dans la revue Nature Climate Change. Selon lui, tout indique que « les paramètres climatiques ont changé ».

L’enquête suggère que les meilleurs vins coïncident avec les années aux printemps plus pluvieux que d’ordinaire et aux étés chauds et plus secs en fin de saison. © Elizabeth Wolkovich, université d'Harvard

L’enquête suggère que les meilleurs vins coïncident avec les années aux printemps plus pluvieux que d’ordinaire et aux étés chauds et plus secs en fin de saison. © Elizabeth Wolkovich, université d'Harvard

Pourquoi les vins seraient-ils meilleurs ?

Les chercheurs ont pu recouper les dates des vendanges connues depuis plus de 400 ans avec des données climatiques issues de récits historiques et de la dendrochronologiedendrochronologie (cernes des arbresarbres), auxquelles se sont ajoutées plus récemment, depuis environ un siècle, les mesures plus précises des températures et des précipitationsprécipitations. Enfin, les considérations qualitatives des millésimes de Bourgogne et Bordeaux depuis le début du XXe siècle leur ont permis de les mettre en relation.

Il est ainsi apparu qu'en règle générale, les meilleures années pour le vin sont celles qui ont connu des précipitations plus importantes que la moyenne au moment de la reprise de la végétation, au printemps, suivies d'étés chauds et d'une fin de saisonsaison sèche. « Cela procure beaucoup de chaleurchaleur et d'humidité à la vigne pour croître au début de la saison, explique Elizabeth Wolkovich, écologueécologue à Harvard, tandis que des conditions plus sèches un peu plus tard dans la saison décalent la croissance végétative et une plus grande production de fruits. »

L'équipe conclut que l'impact des sécheresses a diminué ces dernières décennies suite au changement climatique. Aussi, la hausse des températures provoque-t-elle des vendanges de plus en plus précoces qui, souvent, ont donné des vins de meilleure qualité. « Nos résultats montrent cependant que le changement climatique affecte aujourd'hui les récoltes, et que les modèles d'antan - avec des sécheresses provoquant des vendanges précoces et des vins de haute qualité - ont déjà évolué, note Benjamin Cook. Que peut faire la viticulture face à cette situation ? Les viticulteurs devront sans doute envisager de changer leurs pratiques pour s'adapter à un monde régi par de nouvelles lois climatiques. »