D’ici 2050, le riz pourrait contenir 7,6 % de protéines en moins. La faute au réchauffement climatique et à l'augmentation du taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. © Agus Triyanto, Licence Pixabay

Planète

La hausse du CO2 atmosphérique réduira la qualité des aliments de base

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , céréales , protéines

D'ici 2050, l'augmentation de la quantité de CO2 dans l'atmosphère réduira la qualité nutritive de nombreuses cultures. Conséquence : des carences en zinc, en fer, en protéines toucheront des millions de personnes dans le monde.

Selon les chercheurs de l'université de Harvard qui se sont penchés sur 225 aliments différents, la hausse de la concentration de CO2 dans l'atmosphère, qui pourrait atteindre 550 parties par million (ppm) aux alentours de 2050 contre 405 ppm en 2017, « devrait réduire de 3 à 17 % la teneur en fer, en protéines et en zinc de nombreuses cultures de base ».

Cette baisse de la qualité nutritive des aliments se traduirait par « une carence en zinc chez 175 millions de personnes, mais aussi une carence en protéines chez 122 millions de personnes d'ici 2050, tout en exacerbant les carences existantes chez plus d'un milliard de personnes ». Ces personnes s'ajouteraient aux 662 millions souffrant déjà de carence en protéines, au 1,5 milliard de carence en zinc et aux 2 milliards de carence en fer à travers le monde.

La Chine sera l'un des pays les plus menacés par l'augmentation du CO2 dans l'atmosphère d'ici à 2050. © omepl1/Istock.com

« Les carences en zinc affectent le système immunitaire, les enfants risquant alors plus d'attraper des maladies, comme des infections respiratoires, la malaria ou des maladies diarrhéiques », explique le chercheur Matthew Smith, interrogé par l'AFP. « Un déficit en fer peut causer de l'anémie » ou « augmenter la mortalité lors des accouchements », poursuit-il. Le manque de protéines, souvent couplé à une sous-alimentation, peut se traduire par des retards de croissance chez les enfants.

Les céréales comme le riz ou le blé apportent protéines et minéraux

Les régions les plus menacées sont l'Afrique du Nord, le Proche-Orient et l'Asie, avec des pays comme l'Inde, l'Indonésie, ou encore la Chine, selon cette étude parue dans la revue Nature Climate Change, ce qui s'explique par les habitudes alimentaires de ces pays.

Les végétaux jouent un rôle essentiel dans l'apport de zinc, de fer et de protéines dans l'alimentation. Parmi eux, le blé, le riz et le maïs « contribuent environ aux deux tiers des apports en protéines, en zinc et en fer dans le monde. Or, le blé et le riz sont plus sensibles à l'augmentation de CO2 dans l'atmosphère, quand le maïs est clairement moins impacté », explique Matthew Smith.

Les décisions que nous prenons tous les jours rendent nos aliments moins nutritifs et mettent en péril la santé des autres populations et des générations futures

Les populations les plus pauvres sont aussi les plus exposées, car les plantes constituent une part plus importante de leur alimentation, tandis que les plus riches complètent leur régime par de la viande. « Les décisions que nous prenons tous les jours - comment nous chauffons nos maisons, ce que nous mangeons, comment nous nous déplaçons, ce que nous achetons - rendent nos aliments moins nutritifs et mettent en péril la santé des autres populations et des générations futures », avertit Samuel Myers, coauteur de l'étude.

  • D’ici 2050, l’élévation du CO2 atmosphérique réduira la teneur en protéines, en fer et en zinc des céréales.
  • Le riz, le blé, le maïs sont des aliments de base de nombreuses populations dans le monde.
  • Des carences alimentaires et des conséquences graves sur la santé sont à craindre.
Pour en savoir plus

Bientôt moins de protéines dans nos céréales ?

Article de Nathalie Mayer paru le 4 août 2017

Chaque jour, la liste des conséquences du réchauffement climatique paraît s'allonger un peu plus. Maintenant, c'est la qualité nutritionnelle de certaines cultures de base qui semble menacée. Selon une étude en effet, le dioxyde de carbone aurait un impact négatif sur les protéines végétales.

Des chercheurs de l'université de Harvard (États-Unis) s'inquiètent des résultats d'une étude qu'ils viennent de publier. Celle-ci en effet, conclut que l'augmentation des taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère réduit assez nettement la quantité de protéines présentes dans les cultures de base telles que le riz ou le blé.

D'après les données issues d'expériences menées sur le terrain, avec des plantes exposées à de fortes concentrations de CO2, les experts américains estiment qu'en 2050, l'orge contiendra 14,6 % de protéines en moins, le riz, 7,6 %, le blé, 7,8 % et les pommes de terre, 6,4 % !

Un taux élevé de CO2 dans l’atmosphère pourrait conduire à un excès d’amidon — ici en grains dans une pomme de terre — dans les cultures de base et nuire ainsi à la quantité de protéines et d’autres nutriments. © Philippa Uwins, Wikipedia, CC by-SA 3.0

Une nouvelle menace liée au réchauffement climatique

Or, quelque 76 % des humains comptent sur les protéines végétales pour leur assurer une alimentation correcte. Sans elles, la croissance devient difficile, les maladies plus fréquentes et de fait, le taux de mortalité précoce augmente. Le rapport des experts prévoit ainsi que l'Inde pourrait perdre 5,3 % des protéines de son régime alimentaire. Une perte qui peut sembler légère mais qui menacerait tout de même la santé de près de 53 millions de personnes.

Malheureusement, les chercheurs de l'université de Harvard ne proposent pas encore d'explications au phénomène. Une hypothèse voudrait que le taux de dioxyde de carbone entraîne une augmentation d'amidon dans les plantes et donc, une diminution des protéines. Mais rien n'est prouvé. D'autant que d'autres études avancent déjà que la hausse du CO2 dans l'atmosphère réduit aussi la quantité de minéraux clés (fer, zinc, etc.) présents dans les plantes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La circulation du CO2 dans l'atmosphère comme vous ne l'avez jamais vue  Dans cette vidéo de la Nasa, il est possible de visualiser, pour la première fois, avec un niveau de détails impressionnant et en trois dimensions, le cycle du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, sur une année. Dans la perspective de mieux prédire l’évolution du changement climatique en cours sur le long terme, les scientifiques ont besoin de recueillir un maximum de données sur la circulation de ce gaz à effet de serre émis massivement par nos activités humaines.