Près de 1.000 microbes ont été découverts dans les glaciers du plateau tibétain. © Maygutyak, Adobe Stock
Planète

La fonte des glaciers au Tibet libère 1.000 espèces inconnues de microbes

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , Fonte des glaces , tibet

[EN VIDÉO] La fonte de la glace s’accélère  Partout dans le monde, la glace fond à une vitesse de plus en plus grande. Des données satellites très précises permettent désormais aux chercheurs d’évaluer le volume de glace perdu au fil des années. Entre 1995 et 2017, quelque 28 trillions de tonnes — soit 28x1015 tonnes — de glace ont été perdues sur l’ensemble de la planète. © CPOM 

Des scientifiques chinois ont découvert près de 1.000 microbes, bactéries et virus piégés dans les glaciers du plateau tibétain. La fonte des glaces va progressivement relâcher ces micro-organismes vieux de plusieurs milliers d'années.

Le plateau du Tibet est considéré comme le troisième pôle avec 46.000 glaciers : il regroupe en effet la troisième plus grande concentration de glace du monde, après les pôles Nord et Sud. Les surfaces des glaciers sont loin d'être dénuées de vie, elles comportent un grand nombre de formes de vie différentes, comme des bactéries, des algues, des champignons ou encore des archées. Ces micro-organismes jouent un rôle important dans l'écologie des glaciers. C'est dans cet environnement qu'une équipe de scientifiques chinois ont découvert 968 espèces différentes de microbes. Ces microbes vivent dans des conditions extrêmes : des températures glaciales, un haut niveau de radiation solaire, quasiment aucune source de nourriture. Ils ont la capacité de se congeler et se décongeler en fonction des températures. Les scientifiques chinois mènent actuellement un projet de recherche, intitulé le « catalogue des génomes et gènes du glacier tibétain » (TG2G), qui est voué à être complété par la découverte de nouveaux organismes au fur et à mesure des recherches.

Les glaciers du plateau du Tibet, vus par un satellite. © Nasa

80 % des glaciers tibétains sont en train de fondre

Le plateau du Tibet, une région de 2,5 millions de kilomètres carrés, est une source importante d'approvisionnement en eau pour les villes asiatiques qui le bordent. Celui que l'on surnomme le « château d'eau de l'Asie » se réchauffe trois fois plus vite que la moyenne mondiale. Selon l'Organisation météorologique mondiale, « la majeure partie du plateau tibétain a accusé une diminution des jours d'enneigement entre 1980 et 2016, à raison d'une diminution moyenne de moins de 2 jours/an sur près de la moitié de la région, et de plus de 4 jours/an dans certaines zones ». Le changement climatique a déjà provoqué le rétrécissement de 80 % des glaciers du plateau.

Les scientifiques estiment qu'il est nécessaire de répertorier les microbes de ces glaciers afin d'évaluer les conséquences, et problèmes possibles, avec la fonte des glaces, et donc avec la dispersion de ces microbes. L'équipe a déjà comptabilisé 3.241 génomes en provenance de 21 glaciers entre 2016 et 2020. Quelque 82 % des génomes sont de nouvelles espèces, 11 % de ces espèces ont été trouvées sur le même glacier et 10 % ont été retrouvées sur tous les glaciers étudiés. Ces glaciers sont de véritables « enregistreurs » de la vie du passé, puisqu'ils piègent des microbes vieux de 10.000 ans qui peuvent reprendre vie lorsque les conditions sont adéquates. En 2021, une autre étude de scientifiques chinois avait permis d'identifier 33 virus (dont 28 inconnus) piégés dans le plateau de glace Guliya au Tibet. L'âge de certains de ces virus découverts avait été estimé à plus de 15.000 ans.

 La fonte des glaces va relâcher des milliers de microbes, bactéries et virus dans les terres tibétaines. © Antoine Taveneaux

Microbes, virus, carbone et méthane sont libérés par le réchauffement climatique

Comment des microbes, virus, bactéries et champignons se retrouvent-ils enfermés dans la glace ? Selon les chercheurs chinois, ces virus proviennent principalement de plantes et du sol dans lequel elles poussaient. Des poussières issues de ce sol d'il y a 10.000 ou 15.000 ans ont tout simplement été emprisonnées dans la glace, tout comme d'importantes quantités de carbone et de méthane : 12 millions de tonnes de carbone seraient enfermées dans les glaces tibétaines. La fonte des glaces liée au réchauffement climatique global présente donc un danger multiple, déjà en marche : la dispersion dans l'atmosphère de ces gaz à effet de serre qui vont à nouveau aggraver le réchauffement, mais aussi de ces micro-organismes dans les terres et les eaux tibétaines.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !