Aujourd’hui, la réalité du changement climatique est presque acceptée de tous. Mais, pour lutter efficacement contre le réchauffement, il est de la responsabilité des grands acteurs tels que le Groupe EDF d’accompagner les perceptions et les engagements. C’est l’objectif de l’Observatoire international climat et opinions publiques dont les premiers résultats viennent d’être rendus publics. © IMG_191, Adobe Stock

Planète

Changement climatique : découvrez ce que révèle une étude surprenante sur nos perceptions

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , Observatoire international climat et opinions publiques , Obs’COP 2019

L'ouverture de la COP 25 a débuté la semaine dernière et, à cette occasion, EDF et Ipsos présentaient un état des lieux international et inédit des perceptions de l'opinion publique en matière de climat. On y apprend d'une part que certains restent sceptiques quant aux causes du changement climatique en cours, et d'autre part que de fortes attentes pèsent sur les gouvernements lorsqu'il s'agit de lutter contre le réchauffement.

Début novembre, Donald Trump confirmait le retrait des États-Unis de l'Accord de Paris. La semaine dernière, le Parlement européen déclarait, quant à lui, l'urgence climatique et environnementale. Le tout alors que la COP 25 est en cours à Madrid (Espagne). Mais quelle est donc l'opinion publique sur le climat ? C'est la question que s'est posée EDF en tant qu'acteur majeur du secteur de l'énergie au niveau mondial.

Pour se faire une idée de la réponse et mieux accompagner l'engagement des populations, le Groupe EDF s'est associé aux professionnels de l'institut Ipsos. Et le mercredi 27 novembre dernier, ce sont les résultats d'une étude inédite portant sur la perception du changement climatique dans 30 pays qui ont été dévoilés : l'Observatoire international climat et opinions publiques ou Obs'COP 2019, comme elle a été baptisée.

L’étude Ipsos baptisée Obs’COP 2019 a été menée dans 30 pays et auprès de 25.000 personnes représentant 2/3 de la population mondiale. © Ipsos, EDF

Face au changement climatique : du scepticisme et de la confusion

Premier enseignement : en matière d'environnement, ce n'est pas le changement climatique qui arrive en tête des préoccupations, mais plutôt la question des pollutions au sens large. Ainsi, sur le podium des inquiétudes mondiales, se trouvent, dans cet ordre, l'accumulation des déchets, la pollution de l'air et le changement climatique. Ce dernier n'arrive donc qu'en troisième position, préoccupant tout de même 40 % des personnes interrogées.

Il apparaît en revanche que la réalité du changement climatique n'est désormais plus contestée que par moins de 10 % des personnes interrogées -- presque 20 % aux États-Unis. Même si 23 % doutent encore de la responsabilité de l'être humain en la matière. Des doutes qui apparaissent de manière plus marquée dans les pays les plus émetteurs de CO2 comme l'Arabie Saoudite, les États-Unis ou la Chine.

Justement, la majorité des participants à l'enquête -- 61 % pour être exact -- identifient bien les émissions de gaz à effet de serre comme responsables du changement climatique. Mais ils restent tout de même 30 % à croire en un phénomène naturel. Et lorsqu'il s'agit d'identifier les secteurs les plus fortement émetteurs de CO2, ils pensent avant tout à l'industrie et au transport. Alors que la production d’électricité -- citée par seulement 59 % des interrogés -- émet, à elle seule, un quart des gaz à effet de serre que l'on retrouve dans l'atmosphère.

Les trois quarts des personnes interrogées se disent plus inquiets du changement climatique qu’il y a cinq ans, 37 % se déclarent même beaucoup plus inquiets, les plus jeunes, notamment. © buritora, Adobe Stock

Des pistes de réflexion pour la COP 25

Alors que la COP 25 bat son plein, l'Obs'COP 2019 souligne aussi qu'en matière de lutte contre le changement climatique, 70 % des répondants estiment que les gouvernements sont les premiers à devoir agir. Même si ce sont aujourd'hui d'abord les scientifiques, puis les ONG -- pour respectivement 71 % et 60 % des participants à l'enquête -- qui sont perçus comme agissant réellement.

Et loin de compter sur des innovations pour résoudre le problème, les interrogés semblent conscients que la lutte contre le changement climatique passe d'abord par une évolution des modes de vie. Même si les cibles -- tri des déchets, consommation de fruits et légumes de saison -- ne sont peut-être pas celles identifiées comme les plus efficaces -- limitation du chauffage, de la climatisation et des déplacements. Enfin, parmi les solutions jugées les plus acceptables figurent le recours aux énergies renouvelables et l'isolation des logements respectivement pour 87 % et pour 63 % des répondants.

Sujet réalisé en partenariat avec EDF

  • Partout dans le monde, les populations semblent prendre conscience que la lutte contre le changement climatique devient un enjeu existentiel.
  • L’Observatoire international climat et opinions publiques imaginé par EDF avec le soutien d’Ipsos a pour ambition de mesurer la mobilisation et son évolution.
  • Il doit permettre de mieux accompagner la transition vers un monde plus durable aussi.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L'histoire du réchauffement climatique en 35 secondes  En intégrant graphiquement les mesures de températures dans presque tous les pays du Globe entre 1900 et 2016, cette animation montre de façon saisissante l’augmentation du nombre d'« anomalies de température », donc des écarts par rapport à une moyenne. On constate qu'en un peu plus d'un siècle, la proportion vire au rouge.