Planète

Predator X, le terrible pliosaure du Jurassique

ActualitéClassé sous :paléontologie , Spitzberg , Svalbard

Au Spitzberg, l'équipe a trouvé un nom à son Predator X, un pliosaure qui hantait les mers du Jurassique. Pliosaurus funkei, une nouvelle espèce, devait faire peur à tout le monde avec ses 12 m de long et sa colossale mâchoire, « quatre fois plus puissante que celle du tyrannosaure », la référence en la matière.

À l'image, les paléontologues en train d'extraire un ensemble de restes fossilisés du sol gelé. Pour leur éviter d'être détruits, ces fossiles ont préalablement été collés et protégés dans une gangue. Premier coup de pelle en 2004, et il reste des fossiles... © Natural History Museum, université d'Oslo

Il aura fallu des années pour extraire, décrire et baptiser ce géant, grand comme un autobus et provisoirement surnommé Predator X. Voilà huit saisons, en effet, que l'équipe norvégienne réunie autour d'Espen M. Knutsen, Patrick S. Druckenmiller et Jørn H. Hurum creuse, quand la météo le permet, la formation Agardhfjellet, un petit coin de l'île du Spitzberg. À plus de 77° de latitude nord, il y fait souvent froid et les conditions de travail sont difficiles. La conservation des ossements n'est pas non plus idéale, contraignant à les solidifier avant de les extraire du sol gelé.

Pourtant, ce morceau de terre, qui fut autrefois le fond d'un océan, a déjà livré près de 40 spécimens d'une faune disparue, datant du Jurassique supérieur, il y a plus de 145 millions d'années. La même équipe, sur ce même site, décrit d'ailleurs deux ichtyosaures, ces vertébrés marins qui ressemblent à des poissons, ou à des cétacés, et que l'on aime à qualifier de reptiles.

Un Predator X, alias Pliosaurus funkei, a choisi son plat du jour : un plésiosaure. © Natural History Museum, université d'Oslo

Une espèce de pliosaure jusque-là inconnue

Mais la vraie vedette, c'est lui, Predator X, repéré en 2004. Ces deux squelettes incomplets sont ceux de pliosaures, cousins des plésiosaures aux longs cous, appartenant au même groupe des plésiosauriens, mais s'en distinguant par un cou trapu, une grosse tête et une mâchoire dantesque. Le patient travail de fouille en a extrait de nombreux os, vertèbres, coracoïde (un os du côté de l'omoplate), morceaux de mâchoire, phalanges, etc.

En 2008, l'équipe annonçait une taille de 15 m. Un record revu à la baisse : 10 à 13 m seulement, avancent-ils aujourd'hui dans leur dernière publication dans le Norwegian journal of geology, qui démontre que l'animal appartient à une espèce jamais décrite jusque-là. Il a donc fallu la baptiser : ce sera Pliosaurus funkei, pour rappeler le nom des deux personnes qui ont mis au jour le premier os, Bjorn Funke et sa femme May-Liss Knusten Funke.

La fille de Jørn H. Hurum, l'un des paléontologues qui ont travaillé sur ces squelettes, donne l'échelle d'une des nageoires du pliosaure. © Natural History Museum, université d'Oslo

T- rex ridiculisé

Le crâne, énorme, mesure 2 m et porte des mâchoires de si grandes tailles que les chercheurs estiment une force de morsure quatre fois supérieure à celle du Tyrannosaurus rex. Avec des dents de 30 cm, l'animal devait être un redoutable prédateur des océans du Jurassique. D'après les paléontologues, son plat préféré était le plésiosaure, animal de taille en général respectable.

Était-il le plus grand d'entre les plus grands ? Pas sûr. Il y a compétition avec le liopleurodon, un autre pliosaure, dont la longueur est estimée à une quinzaine de mètres mais sans grande certitude.

Avec la quarantaine d'espèces fossiles retrouvées au Spitzberg, « c'est un écosystème que nous mettons au jour », commentent les chercheurs. Celui de l'océan Arctique à l'époque du Jurassique supérieur, peuplé de prédateurs gigantesques mais aussi d'une faune riche en vertébrés et en invertébrés.

Cela vous intéressera aussi