Planète

Des jours sombres pour les dinosaures

ActualitéClassé sous :paléontologie , extinction , dinosaure

La catastrophe qui a provoqué l'extinction des dinosaures a débuté par un feu soudain et se serait achevée par une obscurité glaciale.

Crédit : http://www.grandesfetes.ulaval.ca

L'analyse d'échantillons de fossiles a permis à un groupe de chercheurs de l'Université de Purdue (Indiana, Etats-Unis) de mettre en évidence un refroidissement soudain de la Terre il y a 65 millions d'années, qui se serait terminé quelques milliers d'années plus tard. Les fossiles en question, prélevés sur le site d'El Kef, en Tunisie, indiquent que de minuscules organismes marins, dénommés dinoflagellés et foraminifères benthiques, qui vivent uniquement dans les régions froides, sont apparus subitement dans ce qui était alors une mer chaude. Les scientifiques ont théorisé depuis longtemps l'idée d'une collision météoritique qui aurait entraîné la disparition des dinosaures.

La découverte fournit le premier témoignage physique d'un très probable refroidissement global qui aurait suivi l'impact. Celui-ci s'est accompagné de la projection d'énormes quantités d'aérosols de sulfates à haute altitude dans l'atmosphère, d'où obscurcissement et refroidissement intenses de la surface de la planète sur plusieurs années. La chaleur de l'explosion initiale aurait causé une tempête de feu atmosphérique à l'échelle mondiale qui, en quelques heures, aurait anéanti beaucoup de grands animaux terrestres, dont les dinosaures. Les survivants ont été confrontés par la suite, sous l'effet du manque de chaleur ou de lumière du Soleil, à la rareté de la nourriture. Alors que la vie sur la planète était probablement de nouveau repartie, une trentaine d'années après l'impact, les données fossiles indiquent que les dinoflagellés étaient toujours présents à El Kef deux mille ans plus tard.

Par ailleurs, cette découverte confirme la pertinence des modèles informatiques de climat terrestre, qui prédisent une telle réponse climatique dans le cadre de ces circonstances. Ceci est encourageant pour les chercheurs qui essaient de comprendre l'évolution du climat actuel, déclare Matthew Huber, de la Purdue's School of Science et membre de l'équipe de recherche.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi