Planète

Un dragon fossile semblable aux montures ailées du film Avatar

ActualitéClassé sous :paléontologie , ptérosaures , avatar

Une nouvelle espèce de ptérosaure ressemble étrangement aux prédateurs ailés chevauchés par les indigènes bleus du film au succès mondial Avatar. Plusieurs caractéristiques anatomiques particulières du fossile découvert ont conduit les paléontologues à le classer à part.

Premiers vertébrés à avoir volé et battant des records d'envergure (jusqu'à 12 mètres), les ptérosaures sont apparus au Trias, il y a 230 millions d’années, et ont disparu au Crétacé, il y a 65 millions d’années. Ici, une représentation de l'espèce Coloborhynchus piscator. © John Conway, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

Un pélican avec des dents. C'est la première image qui vient pour décrire cette nouvelle espèce de sauropsidés découverte par des chercheurs dans une région au nord-est de la Chine. L'animal appartient à l'ordre des ptérosaures, mais possède son propre genre, créé pour l'occasion. Ses découvreurs, trouvant qu'il rappelle les prédateurs volants du film Avatar, de James Cameron (2009), l'ont baptisé Ikrandaco avatardraco signifiant dragon en latin. Sur la base de deux spécimens de fossiles latéralement aplatis et âgés de 120 millions d'années, ils lui dressent le portrait dans un article de Scientific Reports.

Le vertébré est pourvu d'un crâne très original pour ce groupe de ptérosaures : peu bombée, la boîte crânienne, cubique à l'arrière, se termine de façon très allongée et dentée à l'autre extrémité. La mandibule inférieure, osseuse et pourvue elle aussi de dents, s'élargit à la base en une crête parallèle au crâne et dotée d'un crochet en direction du cou (partie « dcr » dans le schéma ci-après). Cette forme évasée, très atypique, laisse penser que l'animal était pourvu d'une peau extensible, dont l'encoche serait le point d'ancrage.

« La structure de la tête est semblable au ptérosaure appelé Ikran dans le film Avatar », déclare le paléontologue et auteur principal de l'étude Xiaolin Wang, de l'Institut de paléontologie des vertébrés et de paléoanthropologie de l'Académie chinoise des sciences, à Pékin. « Bien sûr, rien ni personne n'a pu monter sur ce ptérosaure », ajoute-t-il avec humour.

Squelette presque complet de l'holotype d'Ikrandraco avatar (photographie et schéma). Échelle : 50 mm. Cette espèce est relativement petite ; environ 70 cm de long et 1,5 m d'envergure. © Wang et al., Scientific Reports

Un ptérosaure gobeur de poissons en vol... ou pattes dans l'eau

Pourvu d'ailes membraneuses, un peu comme les chauves-souris, I. avatar possédait un régime alimentaire piscivore, inhabituel chez les ptérosaures ; un peu comme les actuels pélicans, il devait être capable en vol de capturer des poissons dans sa poche inférieure. Mais, selon les auteurs de l'étude, l'animal devait surtout pêcher en position debout, dans des eaux peu profondes.

À son époque, c'est-à-dire au Crétacé inférieur, son écosystème était constitué d'un climat chaud et d'un grand lac d'eau douce, refuge à poissons, grenouilles, tortues, mais aussi d'autres ptérosaures, de dinosaures à plumes, d'oiseaux et de mammifères. La végétation y était luxuriante et composée de fougères, conifères, gingkos ou cycas, et de plantes à fleurs.

Les chercheurs envisagent à présent de mener des expériences pour savoir si la mâchoire inférieure d'I. avatar pouvait soutenir une poche membraneuse, ce qui appuierait l'hypothèse de régime alimentaire qu'ils ont établie pour ce curieux animal.

Cela vous intéressera aussi