Un cératosaure d'Amérique du Sud datant du Crétacé présente un squelette presque complet. Cette nouvelle espèce de théropode est la première parmi les cératosaures de cette zone du monde à ne pas avoir de dents !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : trois dinosaures exceptionnels Les dinosaures sont des créatures étonnantes de par leur nature, leurs capacités ou encore leur taille. Ils ne connaissent pas d’équivalent dans le monde animal actuel. Futura-Sciences a interviewé Éric Buffetaut, paléontologue, afin qu’il nous parle des dinosaures les plus surprenants.

Les dinosaures théropodes comptent parmi leurs membres les genres Deinonychus, Dilophosaurus, Velociraptor et... Tyrannosaurus. Ces dinosauresdinosaures bipèdes sont donc largement connus pour être des prédateurs possédant tous les attributs de chasseurs de dinosaures tels que de longues griffes acérées mais surtout une large mâchoire hérissée de dents.

Il existe pourtant des espèces, parmi les Theropoda, qui dérogent à cette image qu'a le grand public de ce groupe de dinosaures. Les thérizinosaures, ces dinosaures théropodes au long cou et aux griffes démesurées (50 centimètres de long pour un spécimen mesurant 7 mètres) étaient herbivores, de même que la plupart des ornithomimosaures. Les griffes développées des herbivores pouvaient, à défaut de pouvoir attraper des animaux, servir à attirer les branches vers eux ou encore à dénicher des racines afin de s'en nourrir.

Le premier cératosaure édenté d'Amérique du Sud

Le cladeclade des Ceratosauria fait partie de celui des théropodes et comprend les carnassiers Dilophosaurus et Ceratosaurus mais également les moins connus Limusaurus. Ce dernier genre était jusqu'alors le seul connu au sein de ce groupe à présenter une absence de dents. Or, une étude parue dans le journal Scientific Reports présente une nouvelle espèce de cératosaure sans dents, nommée Berthasaura leopoldinae.

Son nom de genre est inspiré de celui de Bertha Maria Júlia Lutz (1894-1976) pour son travail de recherche et son activité en faveur du droit des femmes au Brésil. Son nom d'espèce est inspiré de celui de l'impératrice du Brésil Maria Leopoldina (1797-1826) pour le rôle qu'elle a joué dans l'indépendance du Brésil. Le spécimen a été trouvé dans des grèsgrès éoliens dans le sud du Brésil et date de l'Aptien-Albien (-125 à -100.5 millions d'années), au Crétacé.

Reconstitution du spécimen de l'espèce <em>Bertasaura leopoldinae</em> d'après les restes osseux trouvés au Brésil. © Alves de Souza et <em>al.</em>, 2021
Reconstitution du spécimen de l'espèce Bertasaura leopoldinae d'après les restes osseux trouvés au Brésil. © Alves de Souza et al., 2021

Le spécimen qui a été découvert présente un squelette presque complet, ce qui est exceptionnel. Les auteurs estiment qu'il s'agit d'un individu juvénile (non sexuellement mature) notamment grâce aux fusionsfusions osseuses des os pariétal et frontalfrontal, et au degré d'ossification des articulationsarticulations aux extrémités des os longs. La comparaison du spécimen de B. leopoldinae avec d'autres squelettes de cératosaures plus complets a permis d'estimer que la longueur de son corps était d'environ un mètre.

Outre l'absence de dents, B. leopoldinae présente des caractéristiques inédites chez un cératosaure d'Amérique du Sud parmi lesquelles le bout du rostrerostre orienté vers le bas et un prémaxillaire avec des bords tranchants qui ressemblent à ceux observés chez le thérizinosaure du genre Erlikosaurus.

 L'espèce <em>Berthasaura leopoldinae</em> est un théropode non avien d'Amérique du Sud qui ne possédait pas de dents. © Alves de Souza et <em>al.</em>, 2021
 L'espèce Berthasaura leopoldinae est un théropode non avien d'Amérique du Sud qui ne possédait pas de dents. © Alves de Souza et al., 2021

Il présente également des similarités morphologiques au niveau de l'ouverture buccale qui ressemblent à celles observées chez des chéloniens (tortuestortues) herbivores. Cependant, aucun gastrolithe n'a été retrouvé en association avec ce spécimen et aucune analyse isotopique n'a été menée afin de déterminer le régime alimentaire de l'espèce. Les similarités morphologiques que partage B. leopoldinae avec d'autres cératosaures herbivores permettent pourtant aux auteurs de l'étude de supposer que l'espèce était herbivore ou, du moins, omnivoreomnivore