Reconstitution d’un rhinocéros géants et son environnement dans le bassin de Linxia au cours de l'Oligocène. © Tao Deng
Planète

Cet ancien rhinocéros géant est l'un de plus gros mammifères ayant vécu sur Terre

ActualitéClassé sous :paléontologie , rhinocéros géant , Paraceratherium

-

Les rhinocéros géants, qui vivaient il y a 50 à 25 millions d'années avant notre ère, pouvaient peser quatre fois le poids d'un gros éléphant africain. Une équipe de scientifiques chinois vient d'identifier une nouvelle espèce de Paraceratherium qui pourrait constituer le chaînon manquant et expliquer comment ce mammifère hors norme a pu se disperser entre l'Asie et l'Europe.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un jeune rhinocéros laineux découvert presque intact en Sibérie  Dans le permafrost sibérien, un russe a découvert les restes d'un jeune rhinocéros laineux. Son état de conservation est tel que certains de ses organes sont encore intacts. Selon les premières analyses, ce jeune serait mort noyé, il y a plus de 20.000 ans. 

Le rhinocéros géant (Paraceratherium) est considéré comme le plus grand mammifère terrestre ayant jamais vécu sur Terre, avec un poids pouvant atteindre 20 à 24 tonnes et une taille dépassant les 7 mètres de haut. Plusieurs fossiles et restes de rhinocéros géants datant de l'Oligocène ont été découverts principalement en Chine, en Mongolie, au Kazakhstan et au Pakistan, ces gigantesques mammifères étant bien adaptés aux forêts clairsemées et aux conditions tantôt humides ou arides.

Dépôts rouges cénozoïques du bassin de Linxia dans la province du Gansu, en Chine, où ont été retrouvés les restes de Paraceratherium linxiaense. © Tao Deng

Une nouvelle espèce de rhinocéros retrouvée en Chine

Mais il demeurait un mystère : comment les rhinocéros géants du Kazakhstan et du Pakistan, contemporains de la fin de l'Oligocène inférieur, ont-ils pu se disperser entre les deux régions étant donné que l'Asie était alors séparée de l’Europe par la mer ? Une équipe de chercheurs, menée par Tao Deng, de l'Académie des sciences chinoises, vient peut-être de résoudre cette énigme avec l'annonce de la découverte d'une nouvelle espèce de Paraceratherium, qui pourrait constituer le fameux chaînon manquant. Les scientifiques ont mis au jour un crâne avec une mandibule complète ainsi que deux vertèbres thoraciques appartenant à un autre individu, datées de 26,5 millions d'années. Les fossiles ont été découverts dans la province du Gansu, en Chine, dans un bassin situé à la frontière nord-est du plateau tibétain, et ont été identifiés comme appartenant à une espèce distincte nommée Paraceratherium linxiaense.

Les fossiles de Paraceratherium linxiaense retrouvés en Chine. © Tao Deng

La traversée du plateau tibétain

En procédant à son analyse phylogénétique et en le comparant avec les autres espèces, Tao Deng et ses collègues ont constaté que ce rhinocéros géant appartenait à une branche qui s'est séparée des autres relativement tard (autour de 32 millions d'années). « Au début de l'Oligocène, Paraceratherium asiaticum s'est dispersé vers l'ouest jusqu'au Kazakhstan, et sa lignée descendante s'est étendue à l'Asie du Sud sous le nom de P. bugtiense. À la fin de l'Oligocène, Paraceratherium est retourné vers le nord en traversant la région tibétaine pour produire P. lepidium à l'ouest au Kazakhstan, et P. linxiaense à l'est dans le bassin de Linxia », détaille l'article des scientifiques paru dans Communications Biology. « À cette époque, la région tibétaine n'était pas aussi élevée qu'aujourd'hui, avec des altitudes inférieures à 2.000 m et des conditions tropicales humides avec des forêts ouvertes, atteste Tao Deng. Le rhinocéros a donc pu se disperser librement le long de la côte de l'océan Thétis, en traversant les montagnes ».

Répartition et migration des différentes espèces de Paraceratherium à l'Oligocène. Les espèces précoces sont marquées en jaune, et le rouge indique les espèces de l'Oligocène tardif. © Tao Deng

Un rhinocéros… sans corne

La nouvelle espèce de rhinocéros géant n'est pas la plus grande des Paraceratherium, le plus gros étant Dzungariotherium orgosense. « Mais Paraceratherium linxiaense était environ 20 % plus gros que Paraceratherium bugtiense, l'espèce la plus commune retrouvée surtout au Pakistan », précise Tao Deng au site NBC. Avec ses 21 tonnes et ses 7 mètres de haut, il pesait l'équivalent de 4 gros éléphants africains et se nourrissait des feuilles des arbres situées en hauteur. Contrairement à leur surnom de rhinocéros, ces mammifères géants ne possédaient pas de corne sur leur museau, mais ressemblaient plutôt à un énorme cheval.

Pour en savoir plus

Un fossile de Baluchithère géant au Pakistan

Article de La Rédaction publié le 06 avril 2011

Pour une fois, un mammifère fossile a volé la vedette aux dinosaures ! Début mai 1999, l'annonce de la sensationnelle redécouverte du plus grand mammifère terrestre de tous les temps, Paraceratherium (ou Baluchitherium), a fait le tour du monde. L'information provenait de Dera Bugti, une petite ville du Balouchistan (ouest du Pakistan).

Une représentation du Baluchithère. © 2001 Ex-Machina

Des résultats à la mesure de nos espoirs

Le squelette composite ainsi reconstitué est enfin photographié depuis le toit de la Guest House. © 1999 MPFB (MB, LM, JLW)

Ce rhinocéros sans corne, le plus grand mammifère terrestre qui ait jamais été découvert, avait été pour la première fois signalé par Pilgrim en 1908, et baptisé Aceratherium bugtiense (« le rhinocéros sans corne des Bugti »), avant que Forster-Cooper ne crée en 1911 pour la même espèce le genre Paraceratherium (« presque Aceratherium »), puis le genre Baluchitherium, deux ans plus tard.

À la poursuite des Baluchithères perdus (mission 1999)

La pénible montée du Zin avec des dizaines de kilos
dans les sacs à dos. © 2004 MPFB (POA)

Il fallait poursuivre les recherches dans la région très sensible de Lundo Chur (probablement le Chur Lando des anciens auteurs), comme Forster-Cooper il y a un siècle, afin de retrouver des restes de Baluchithère en situation stratigraphique contrôlée.

Le géant revit… sur écran !

Le squelette est à nouveau reconstitué, sous son profil droit.
© 2000 MPFB

Grâce à sa stature - et à son statut de mammifère record -, le Baluchithère est devenu la vedette d'un documentaire tourné entre 2000 et 2001. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !