Planète

Les chalutages profonds ravagent les fonds marins

ActualitéClassé sous :océanographie , chalut de fond , méditerranée

L'ouverture horizontale d'un chalut est assurée par de larges panneaux d'acier de 5 tonnes chacun qui ratissent tout sur leur passage. Leur utilisation à de grandes profondeurs devrait être interdite en Europe dans les deux prochaines années. © Claire Nouvian

Sans surprise, les chaluts de fond causeraient de gros dégâts environnementaux en eaux profondes. La mise en mouvement des sédiments provoquée par les filets modifierait profondément la physionomie des grands fonds, notamment dans les canyons sous-marins méditerranéens.

Des chaluts de fond sont utilisés depuis près d'un siècle en Méditerranée. Aux débuts de cette pêche, les navires opéraient à proximité du littoral, en eaux peu profondes. Mais, à partir des années 1960, les flottes de chalutiers se sont progressivement éloignées vers le large et les grandes profondeurs, allant jusqu'à ratisser les canyons sous-marins.

Durant leur utilisation, les chaluts sont littéralement tirés sur les fonds marins. Les dégâts environnementaux occasionnés à proximité des côtes (arrachage de la flore, mise en suspension des sédiments, etc.) ont fait l'objet d'études et de vives polémiques. En revanche, peu d'informations sont disponibles sur les effets du chalutage en eaux profondes, notamment dans la partie supérieure du talus continental (à plus de 200 m sous la surface).

Une étude publiée dans la revue Nature par Pere Puig de l'Institute of Marine Sciences de Barcelone vient de confirmer ce que de nombreuses personnes pensaient. La pêche au chalut perturbe également les fonds marins profonds. Elle y réalise un véritable travail de terrassement, détruisant directement ou indirectement, par le dépôt de sédiments, les reliefs complexes sources d'abris pour la vie.

Cette photographie a été prise au sommet du flanc nord du canyon sous-marin La Fonera en Espagne. Les fonds marins semblent avoir été littéralement labourés. © Puig et al. 2012, Nature

Des flux de sédiments multipliés par deux

Les scientifiques ont été interpellés en analysant des images bathymétriques en haute résolution des parois d'un canyon nommé La Fonera (au nord-ouest de la ville de Palamos en Espagne). La zone nord du site, d'une superficie de 40 km², présentait un relief anormalement lisse et peu pentu. Elle n'est pourtant pas située en un lieu propice aux écoulements de sédiments, ce qui aurait pu tout expliquer. En revanche, elle fait régulièrement l'objet de campagnes de pêche.

Le canyon a été équipé, 980 m sous la surface, de sondes chargées de mesurer le flux de limon descendant vers les profondeurs durant six mois. Des carottages ont également été réalisés. Les résultats obtenus ont été comparés jour par jour et heure par heure avec les activités de pêche répertoriées dans la région au cours des 4 dernières années.

D'importants mouvements de limon ont été observés lors de chaque campagne de chalutage. Le passage des engins de pêche rabote bien les fonds et met donc de la matière en suspension qui s'accumulera au fond du canyon. En 136 jours, près de 5.300 t de limon auraient ainsi été déplacées (mesure réalisée entre 4 et 50 m au-dessus du fond), une quantité équivalente à ce que peuvent déplacer une tempête ou les pluies hivernales. Par ailleurs, les sédiments ont présenté une composition différente sur les zones de pêche par rapport à des données récoltées sur un site non perturbé.

Selon les chercheurs, les flux de limon seraient deux fois plus importants au sein des zones de pêches qu'ailleurs et ce depuis 1970. Ils vont maintenant étudier l'impact que cela peut avoir sur la biodiversité du fond du canyon, mais on se doute déjà qu'il n'est pas négligeable. Les dépôts profonds du limon mis en suspension par les chaluts risquent en effet de provoquer la destruction, en les recouvrant, des habitats de nombreuses espèces benthiques. Elles sont donc amenées à disparaître, tout comme leurs prédateurs...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi