Existe-t-il encore des zones sauvages en France ? Une équipe de géographes a réalisé une carte de France qui met en avant la « naturalité potentielle » du territoire métropolitain.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Tour de France de la biodiversité : le parc naturel régional du Haut-Languedoc En route pour la quatrième étape du Tour de France de la biodiversité, en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), qui nous conduit dans le Parc naturel régional du Haut-Languedoc, au caractère rural et montagnard, l’un des 53 parcs naturels de France.

Agriculture, élevage, industrie, activités économiques, villes et villages... Aujourd'hui, l'empreinte humaine est présente dans quasiment tous les territoires. Avec un minimum de 50.000 ans d'occupation du sol français, les paysages vierges, ou du moins peu marqués par la présence de l'Homme, sont en effet excessivement rares. Avec CartNat, une équipe de géographes a clairement mis en évidence ce fait en publiant une carte de France des zones sauvages.

Existe-t-il encore des zones sauvages en France ?

Ces zones ont été définies suivant différents critères : une intégritéintégrité biophysique du sol sur le long terme, une faune et une flore non entravées ni influencées par l'activité humaine, assurant ainsi une spontanéité des processus naturels. Il est ainsi nécessaire que ces zones n'aient subi aucune perturbation en lien avec l'action humaine, et cela sur plusieurs siècles. En se basant sur ces principes, les géographes ont analysé et exploité une importante quantité de données d’occupation du territoire produites par l’IGN, le Cnes, l'Office national des forêts... Ils se sont également penchés sur des données historiques illustrant l'évolution de l'occupation des sols au cours du temps.

Des arbres plantés en ligne et une route qui témoignent de la présence et de l'action humaine : cette forêt n'est pas considérée comme une zone sauvage. © PxHere, CC0
Des arbres plantés en ligne et une route qui témoignent de la présence et de l'action humaine : cette forêt n'est pas considérée comme une zone sauvage. © PxHere, CC0

Un travail entièrement virtuel donc, mais qui a brassé un nombre phénoménal de données. Au final, la France est représentée avec une échelle de couleurcouleur qui indique le niveau de « naturalité potentielle ». Ce terme a ainsi été défini comme « une notion reflétant le degré d'influence d'un milieu par l'Homme et donc son caractère plus ou moins "sauvage" ». En rouge, les zones les moins naturelles et en vert les zones les plus sauvages.

Des régions montagneuses et encore de nombreuses zones protégées de l’action humaine

La carte montre ainsi, sans grande surprise, que l'emplacement des grandes zones urbaines et des grands axes routiers sont en rouge. À l'inverse, la plupart des massifs montagneux apparaissent comme les zones les plus sauvages, tout simplement parce que les régions montagneuses et notamment celles à haute altitude ont de tout temps été bien moins facilement accessibles que les plaines. Pourtant, en y regardant de plus près, il apparait que la France est constellée de nombreuses zones où la naturalité a été préservée au cours du temps. Si certaines sont actuellement protégées par une législation spécifique (réserves naturelles par exemple), d'autres ne bénéficient d'aucun statut particulier.

Carte montrant le gradient de naturalité potentielle du territoire français métropolitain © Projet CARTNAT, Guetté, Carruthers-Johnes, Carver, IUCN
Carte montrant le gradient de naturalité potentielle du territoire français métropolitain © Projet CARTNAT, Guetté, Carruthers-Johnes, Carver, IUCN

La carte est disponible au grand public via le site de l'UICNUICN France et est téléchargeable depuis ce site. Ce travail arrive en réponse à la résolutionrésolution de Prague, ratifiée en 2009 par le Parlement européen, et dont l'objectif était de dresser l'état des dernières zones sauvages en Europe. Le but était ainsi de mettre à jour les connaissances de ces zones et de mieux les protéger. La carte produite par l'UICN se veut donc être un outil d'aide à la décision pour les collectifs territoriaux, et notamment pour répondre à la proposition faite en 2019 par le président Emmanuel Macron de protéger 30 % du territoire métropolitain.

Les espaces naturels protégés représentent des territoires géographiquement définis et reconnus par la loi où tous les moyens sont mis en œuvre afin d'assurer sur le long terme la conservation de la nature, la préservation des écosystèmes et des paysages. L'objectif premier de l'établissement de ces espaces naturels protégés est bien sûr de lutter contre l'affaiblissement de la biodiversité sur notre territoire.