Planète

En vidéo : le remorquage de la plateforme Kulluk, échouée en Alaska

ActualitéClassé sous :météorologie , océanographie , Kulluk

La plateforme Kulluk a été remorquée dans la baie de Kiliuda, en Alaska, à 50 km au nord du lieu où elle s'est échouée. Les autorités ont confirmé que le voyage s'était bien déroulé et qu'il n'y avait pas eu de déversement de carburant. Retour sur ce périple en vidéo.

Le plan de remorquage de la plateforme Kulluk. Échouée sur l'île Sitkalidak (Kulluk Grounding Location sur la carte), la plateforme a été remorquée par le navire Aiviq jusqu'à la baie de Kiliuda, en Alaska. © US Coast Guard

La plateforme pétrolière Kulluk, qui appartient à l'entreprise Shell, s'était échouée le 1er janvier 2013 sur l'île Sitkalidak, à l'ouest de la baie d'Alaska. Elle était tractée par deux remorqueurs de l'île Kodiak vers Seattle, aux États-Unis. Mais sous des conditions météo déplorables, l'amarre du premier remorqueur avait lâché, et le second navire avait finalement dû abandonner la plateforme. Contenant 600.000 L de gazole et près de 50.000 L de pétrole, la menace d'une marée noire planait sur les blancheurs de l'Alaska.

La décision a été prise le 6 janvier. La plateforme serait remorquée jusqu'à la baie de Kiliuda, à presque 50 km au nord de son point d'échouage, aussitôt que les conditions météo le permettraient. D'après les premières missions d'évaluation des garde-côtes à bord, l'appareil de forage est resté debout, il n'est pas endommagé. Les réservoirs de carburant semblent intacts, et il n'y a pas de menace pour la stabilité du navire. Les ingénieurs ont en outre confirmé que la résistance de la structure du navire est préservée, et que la plateforme Kulluk était apte à être tractée.

La plateforme Kulluk approche de son emplacement refuge dans la baie de Kiliuda, à environ 10 h heure locale. Les remorqueurs et la plateforme étaient escortés de deux navires de surveillance des marées noires et des navires de soutien. © Klingenberg Jonathan, US Coast Guard

Pas de rejets d’hydrocarbures par la plateforme Kulluk

C'est dans la nuit du 7 au 8 janvier (en France) que les garde-côtes américains ont confirmé que la plateforme était arrivée à destination, remorquée par le navire Aiviq. La plateforme aura finalement parcouru 72 km avec une vitesse moyenne de 6,4 km/h. Son remorquage a nécessité la présence d'une équipe de dix sauveteurs à bord de la plateforme, dont le transport était en outre assisté par trois remorqueurs arrivés tout droit de Seattle.

L'emplacement final de la plateforme dans la baie de Kiliuda sera déterminé par les conditions environnementales et météorologiques. Un périmètre de sécurité d'un rayon d'un peu plus de 450 m a été dressé autour de la plateforme. Mais il y a peu d'inquiétudes à avoir sur un éventuel problème écologique. Les bateaux qui escortaient le Kulluk ont confirmé qu'il n'y avait eu aucun signe de rejet d'hydrocarbures durant le transit. Une analyse complète de la plateforme pourra être réalisée à la baie de Kiliuda, et l'avenir de Kulluk sera très vite décidé.

Cela vous intéressera aussi